Cuisson idéale pour un lapin fermier moelleux

Publié le par isa-marie

Notre boucher propose toujours de formidables lapins fermiers, il faut leur réserver une préparation avisée...

La cuisson idéale pour obtenir un lapin moelleux et parfumé est à mon sens la plus simple : la cuisson au four, dans un fond de vin blanc et beaucoup d'herbes aromatiques. Elle garantit un résultat sans faille.

Il s'agit d'une des recettes de ma grand mère. Elle habitait la Sologne, son mari était chasseur. Les garennes étaient très courants alors (et courrants aussi) et les façons de les accomoder multiples. Celle-ci est une de celles que je préfère.
 Lapin-copie-2.JPG


Il faut :
Un beau lapin fermier, que l'on coupe soi même en morceaux. On cherche les jointures et aucun os ne doit jamais être coupé (Les os de lapin, lorsqu'ils sont coupés, se délitent en petits morceaux redoutablement coupants donc dangereux).
Une demi-bouteille de bordeaux blanc sec
Quatre carottes coupées dans le sens de la longueur
Un demi-poivron pelé et coupé en lamelles
Une poignée de brins de romarin (d'aucuns disent que j'en mets un peu trop, ont ils raison ?)
Une poignée de champignons de Paris coupés en quatre
Trois feuilles de laurier
Trois brins de thym effeuillés
Trois échalottes coupées en quatre
Sel et poivre
Noix de muscade

Action :
Dans un grand plat à four disposer les herbes aromatiques et les échalottes, champignons, carottes et assaisonner de sel, poivre et noix de muscade. Ajouter les morceaux de lapin y compris le foie. Recouvrir avec le vin blanc et ajouter de l'eau pour remonter à la mi-hauteur du plat. La viande doit être à moitié immergée.
Cuire au four thermostat 220 ° 1/4 d'heure puis retourner les morceaux. Cuire encore 20 minutes. Vérifier la cuisson, les morceaux doivent être tendres. A l'ouverture du four c'est un festival de parfums. Les herbes aromatiques ouvrent des effluves gourmandes...
Oter les morceaux de lapin du plat et faire une petite béchamel avec la sauce : Fondre une cuiller à soupe de beurre sans une casserole,
ajouter, en tournant sans cesse, une cuiller à soupe de farine puis deux. Mouiller avec le bouillon du lapin sans cesser de remuer, rectifier l'assasonnement. Ajouter, toujours en remuant, un jaune d'oeuf dans la sauce.
Pas mal...

Publié dans Recettes : les viandes

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dauphinois 15/02/2014 10:53

J'adore le lapin, surtout aussi bien parfumé. A accompagner éventuellement avec un délicieux gratin dauphinois bien moelleux

isa-marie 08/02/2010 19:15


Hello Jipoune !
Tu crois qu'on a la même grand mère ? La mienne aussi était de Isdes ! Elle faisait la même terrine...Tu voudrais la recette ? Mais il va falloir venir la goûter alors !
Bises à vous 2


Jipoun 08/02/2010 18:55


Ma grand mère qui était originaire de Isdes en sologne avait la même recette. Elle faisait aussi une terrine de lapin très savoureuse.


irisa 07/02/2010 09:41


j'ai aussi l'habitude la cocotte ( et du romarin largement!)
par contre l'idée de cette sauce de fin de cuisson est à essayer !


lolo 06/02/2010 17:21


Je ne connaissais cette cuisson pour le lapin... à tester!


Mélanie 06/02/2010 15:12


cela tombe bien j'ai un beau lapin fermier dans le congel qui n'attends que de passer à table! ;)
bon week end!


Tiuscha 06/02/2010 15:01


Pas du tout l'habitude de le cuire au four, je le fais souvent mijoter en cocotte, mais pourquoi pas...