Le Guide du Locavore

Publié le par Isa-Marie

Le mouvement locavore est né aux Etats-Unis dans les années 1980 avec la notion de kilomètre alimentaire. Il s'agissait de réduire la distance entre la fourche et la fourchette et de ne consommer que des aliments produits à moins de 160 Km à la ronde. Puis il s'est développé et sa philosophie s'est étendue à un mode de vie qui prône la biodiversité, la réappropriation de notre territoire local, le respect des saisons, de notre santé et plus globalement de notre planète... 
Que faire face à la mondialisation et à la dictature du "Made in China" ? Est-il acceptable qu'un yaourt à la fraise parcourre 9000 Km avant d'arriver dans nos fridges ?
Aujourd'hui nous vivons la dicdature de l'hyper : hyper-mondialisation, hyper-consommation, hyperindividualisme... Si le progrès a permis d'accomplir de grandes avancées, il nous a aussi fait perdre pied avec ce que nous avons de plus précieux, ce qui nous est vital : notre rapport à la terre. Le locavore ne cherche pas à reculer le train des avancées mais à en modifier la course, à être créatif et en avance sur le progrès lui-même.  

CouvLocavore.JPG

Pourquoi j'aime ce livre...
Parce qu'Anne-Sophie Novel apporte une multitude de bonnes idées, d'adresses, de pistes applicables au quotidien dans cet ouvrage, qui devraient nous concerner tous, et les passionnés de cuisine en premier chef. 
Dans une première partie "Du global au local", le constat de ce qui fait "grogner les locavores" est pointé : Anne-Sophie Novel nous éclaire sur les problèmes liés à la perte de contrôle sur l'alimentation. La mondialisation engendre un nivellement des goûts, une destruction de la biodiversité, des aberrations et paradoxes économiques. Souvenons nous du "McDo defora, gardarem roquefort" (McDo dehors, nous garderons le roquefort) qui fait référence à l'embargo des états-Unis sur les produits français suite au refus de l'Europe d'importer du boeuf aux hormones américain en 1999...
On y trouve la liste des terribles additifs chimiques autorisés dans notre assiette :colorants, parabens (utilisés non seulement dans les cosmétiques mais aussi dans l'alimentation courante, le saviez-vous ?), les acides, l'huile de palme, les sulfites, les acides gras trans (pendables pour la santé) etc...
La réflexion sur le temps est mise à plat : à l'image des adeptes du "Slow Food" les locavores prennent le temps de choisir, cuisiner, savourer, à contrepied de la société de consommation qui déséquilibre notre santé et notre vie quotidienne.
La réflexion sur les distances et l'empreinte carbone de ce que nous consommons est éclairée (certains produits anodins de consommation courante parcourent des milliers de kilomètres sans que nous le sachions). Un rappel est fait sur le cercle vicieux de l'agriculture intensive et son impact sur notre quotidien : pesticides, OGM... mais aussi réduction des variétés dans l'assiette...
Au delà d'une action de "boycott", les locavores prônent le "buycott" non pas pour "déchanter les mangeurs" mais pour "réenchanter l'alimentation". L'idée est de mieux manger, réduire le gaspillage, se réapproprier les valeurs essentielles. 
Anne-Sophie Novel met en avant les défenseurs des variétés anciennes (Oh ! Légumes oubliés, le Conservatoire de la Tomate en Touraine, la Ferme de Sainte-Marthe et tant d'autres. Elle met l'accent sur le retour du "Made in France" et toutes ses réflexions sont très documentées.

Dans une deuxième partie elle donne un foisonnement de solutions détaillées : le "guide du parfait locavore". Elle explique comment déterminer sa zone d'approvisionnement (périmètre dans lequel on peut faire ses provisions), comment s'affranchir des supermarchés, trouver des AMAP et autres systèmes de paniers (il en existe énormément), les marchés, les ventes à la ferme, les supermarchés bios, les astuces pour connaitre les producteurs de sa région, les autres réseaux. Des pistes sont données côté restaurants, côté jardin et tourisme des terroirs. On apprend à se réapproprier les saisons (des fruits et légumes mais aussi des fromages et des viandes !), comment décrypter les labels et les logos.
Un véritable road book du locavore est dressé et tous les outils sont listés pour trouver les parades et se diriger vers une consommations raisonnée, pour devenir "locavore" !     

"Grelinette" apprécie : 
Les tableaux fournis en fin d'ouvrage :
Saisonnalités des fruits, légumes, fromages, viandes, mais aussi poissons et surtout cueillettes,
Liste des produits de la mer à ne plus consommer tant que leur survie n'est pas assurée,
Spécialités régionales (jai découvert que ma région était plus riche que je ne pensais !)
Bibliographie et sélection de sites internet...  

Remarques : 
Ce livre ne dresse pas un constat alarmiste, il apporte des solutions. Nous soupconnons souvent quelques unes des pistes à suivre, ici elles sont clairement répertoriées. Grâce à ce livre j'ai découvert que j'étais déjà une locavore astucieuse, mais les idées étant foisonnantes, j'ai apprécié de les trouver toutes réunies en un seul ouvrage.  
  

Focus :
J'ai aimé le chapitre sur les critiques faites aux locavores : les réponses apportées m'ont confortées dans ma démarche.  

Fiche technique :
"Le Guide du Locavore, pour mieux consommer local", d'Anne Sophie Novel, 22 cm x 16 cm, 154 pages, mars 2010, 12,90 € Editions Eyrolles.

 

Pour retrouver tous mes livres favoris, suivre le lien "Ma sélection de Livres de Cuisine et de Jardinage"  

 

La newsletter vous informe en avant première d'événements et de publications à venir et fait le point du meilleur de Grelinette et Cassolettes (astuces, idées de présentation etc.). Pensez à vous inscrire (en bas à droite) ! Vous pourrez aussi et surtout recevoir les articles au fil de leur publication, qui n'est pas forcément régulière...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Dominique 05/01/2011 12:41


Justement ce guide m'intéresse pour les idées de consommation bios et les adresses. Merci.


mamina 05/01/2011 08:32


Je me mets en quête de ce locavore dès cet après-midi.


Poucinette 05/01/2011 08:19


bises du mercredi miss !!!!! à demain b0n mercredi


mamiekeke 04/01/2011 23:29


LOCAVORE je le dévore ha ha ha .

Bisous marseillais de nous 4 .... hé oui vive l' internet ...

RENEE (mamiekéké)

CHRISTIAN (cricri d' amour)

SABINE et DIMITRI ton petit copain.


Mamapasta 04/01/2011 23:01


et non , Isa-Marie, je ne connaissais pas! Mais je suis déjà très locavore, ici nous avons la chance d'avoir deux assoces qui distribuent les produits locaux...Pour le thé et la noix de coco,
évidement pas de piste locale...mais il ne me viendrait pas à l'idée d'acheter des pommes bio d'Argentine ou de l'ail de Chine....Même si il parait que le transport en bateau à une faible incidence
sur le bilan carbone......Mon maraicher est à 3 km du boulot....
même la bière est locale ...


56oceane 04/01/2011 22:42


Tu prêche une convaincue avec ce livre!!!
56oceane


melayers evelyne 04/01/2011 20:54


ancienne commercante dure de se battre contre les grandes enseignes moi je prend mes poulets et légumes à la ferme bisousss


Eliane 04/01/2011 18:32


Bonsoir Isa Marie, je m'approvisionne un max chez les agriculteurs et artisan bio... je regarde bien sur pour les autres produits a n'acheter que ce qui se cultive dans notre pays ou au plus
près...


et ce livre doit être bien intéressant ! merci
a bientôt


agnesf 04/01/2011 17:21


petit coucou pour te souhaiter une bon fin de journée :)


mitokola 04/01/2011 17:15


Bonjour Isa-Marie et merci pour cet excellent et très précieux article... un très beau livre que je n'ai pas hélas mais dont je partage entièrement l'avis... ce serait peut-être le moyen de sortir
de cette engrenage qui ne nous mêne nulle part... bravo à toi !!!
Excellente fin de journée mon amie, bisous
Jacqueline


kitchenette 04/01/2011 16:47


Terriblement réjouissant ce livre ..Et terriblement important car ras le bol de bafouer notre économie, et notre agriculture ...Nous sommes un petit pays qui pourrait se suffir à lui même, mais
voilà, la mondalisation nous engloutis ...Vaste sujet qui se doit en effet de nous alarmer mais dans le bon sens du terme pour se réapproprier ce qui est sain et sage ...Un livre qu'il me semble
super intéressant et ingénieux de consulter ...Merciiii pour ce bel article !!!
kiki


Ramu 04/01/2011 16:39


Ici ce sont les restaurants"a kilometro zero" qui sont devenus à la mode depuis un certain temps.Les restaurateurs n'emploient que les produits locaux.Malheureusement ce n'est pas un vaste
phénomène!ça ferait du bien à l'économie du territoire mais les chaines de supermarchés font beaucoup de concurrence.Baci,Isa!


Au gré du marché 04/01/2011 16:29


Bonjour Isa-Marie,
J'adhère complètement à ce mouvement. Malheureusement, quand on demeure dans un pays nordique, il est plus difficile d'être locavore pour les fruits et les légumes. Bien qu'on fasse pousser en
serre laitues, concombres, tomates et même aubergines (quand les journées allongeront), certaines variétés ne pourront jamais pousser en serres à moins de demander une très grosse consommation
d'énergie (chauffage, lumière, etc.). Alors, on se replie sur le Mexique (poivrons), la Californie (brocoli) ou la Floride (agrumes).
Amitiés,
Lou


Mélanie Ma P'tite Campagne 04/01/2011 15:32


Bonjour Isa Marie,
je connais ce livre pour l'avoir déjà vu mais je n'ais pas encore eut la chance de pouvoir le livre, je suis sûre qu'il est tres interressant, dèjà la démarche me plait beaucoup!
j'en profite pour t'envoyer tous mes voeux,
bonne journée,
Mélanie