Paris des Chefs : Arnaud Daguin et Edouard François

Publié le par Isa-Marie

Le "Paris des Chefs", c'est LA rencontre de la cuisine et du design. J'ai eu le plaisir d'y assister, je partage avec vous mes impressions...
Vingt duos de créateurs associant à chaque fois un gastronome et un professionnel du design, qu'il soit sculpteur, graphiste, architecte...
Le fil conducteur entre ces binômes ? Leur perception du visible et de l'invisible...

Ce précepte posé, reste aux créateurs en cuisine ou en toute autre matière de nous donner à réfléchir sur leur conception de la vie à travers ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas, le double regard de la création.DuoT.jpgLe premier duo à ouvrir le "Pari" qui s'est tenu dans le cadre du salon Maison & Objet est celui d'Arnaud Daguin, prestigieux chef de la chambre d'hôtes Hégia à Hasparren au pays Basque et Edouard François, architecte reconnu pour son engagement en faveur de l'environnement et pour son esprit novateur. Il est le créateur par exemple de l'"immeuble qui pousse" à Montpellier, la "Tower flower" et la façade de l'hôtel Fouquet's à Paris.QuatuorT.jpgTous deux ont choisi de cuisiner le même panier de légumes, chacun à sa manière. Ce qui m'a rassurée c'est qu'ils ont bien sélectionné des légumes de saison (ça n'a pas été toujours le cas des chefs présents), plus précisément des légumes-racine : betteraves, navets boule d'or, carottes, topinambours entre autres.
Arnaud Daguin nous a parlé de ses légumes : on sait qu'il aime les produits frais, poussés dans le respect de la terre et de ceux qui vont les consommer. C'est là qu'intervient le visible et l'invisible. Les légumes, on les voit, on les touche. Cependant ils ont aussi une histoire, qu'à priori on ne voit pas. Mais nous devons chercher à la connaître. Leur origine est capitale. L'invisible c'est le chemin qu'ont suivi ces légumes avant de venir à nous. Puis le chemin qu'il continuent de mener lorsque nous les ingérons. Ils sont notre carburant ! Enfin c'est aussi l'impact de ce que nous demandons à la nature pour nous nourrir.
Pour Edouard François les choses sont ressenties différemment. Cela peut paraître fantaisiste mais c'est très pertinent... Les aliments sont classés en quatre domaines : ceux qui font prendre un kilo en un jour. On imagine bien lesquels. Ceux qui font prendre un kilo en une semaine. Et ceux qui font perdre un kilo en un jour ou en une semaine. A nous de naviguer avec cette notion directrice pour boussole. En sachant qu'on peut avec un seul ingrédient faire passer un plat d'une case à l'autre en un saut...
Arnaud Daguin a rôti ses légumes au four à forte chaleur, 250° pendant 45 minutes. Il a choisi de concentrer les saveurs. Du coup les légumes ont caramélisé en surface ; il les a épluchés là où ils étaient brûlés et a dressé ce qui restait joliment coloré. Puis il a émincé des légumes crus et a associé le cru (champignons, chou rouge), qui conserve les vitamines et nutriments (surtout la peau), au cuit, car certaines fibres ont besoin de cette transformation pour libérer des goûts concentrés.  
Edouard François a présenté plus ou moins la même démarche, mais en utilisant une cuisson à l'étuvée, dans un casserole équipée d'un thermomètre. Il a adjoint des herbes et au final a salé le plat avec un élément "animal" : un anchois.

Tous deux étaient parfaitement en phase malgré leurs cheminements différents. L'un a cuit à l'air, pour ôter l'humidité. L'autre a cuit à couvert, pour concentrer l'élément aqueux. L'un a assaisonné d'herbes et d'anchois, l'autre d'huile de colza riche en omégas 3...  

Curieusement, alors que l'un est plutôt conservateur et l'autre plutôt novateur, j'ai trouvé que leur conception de la cuisine au final se rejoignait dans le respect du produit et de celui qui le consomme. On sent que la philosophie qui accompagne leur démarche, à force d'être novatrice, revient en fait aux origines et au bon sens... Deux belles assiettes colorées et certainement savoureuses ! 

Demain je vous parlerai d'un duo de choc estonien un peu gore, soyez au rendez-vous !     

 

Mercredi 25 janvier 2012 3 25 /01 /Jan /2012 07:16

Quel creuset d'idées, de découvertes, de création ! La quatrième édition du Paris des Chefs, qui conjugue cuisine et inspiration, gourmandise et talent, a été foisonnante. 
Les chefs sont venus des quatre coins du monde pour présenter leur savoir-faire et leurs innovations. Lorsque les cuisiniers s'associent en duos aux créateurs et artisans (architectes, photographes, designers, peintres, musiciens...) l'ébullition est formidablement fertile...
Salle_T-copie-1.jpg

La cuisine est un art qui avance, qui progresse, repousse les limites. L'alchimie qui s'est opérée durant trois jours a été riche de créations, d'idées, de concepts. On s'y est régalés à chaque duo, j'ai été souvent surprise, parfois choquée, mais on ne progresse pas sans bouleversements. Durant les prochains posts je vais vous faire partager mes impressions et quelques photos, il s'agira de vues parcellaires, le show a été si riche... CB_T.jpgPour vous mettre en appétit, disons que je vous parlerai de mon trio préféré : Anne-Sophie Pic / Carole Bouquet (qui n'est pas qu'actrice, elle est vigneronne aussi) / Julie Andrieu (si complice). Mais j'ai aussi été complètement séduite par le grand Fulvio Pierangelini en duo avec Massimiliano Fuksas : deux italiens de talent, comment ne pas être sous le charme ?
J'ai aussi été interloquée par cette silhouette sexy, apparue au fond de la scène dans un style très "poupoupydoo". A bien y regarder il s'agissait de Frédérick e. Grasser-Hermé habillée d'une robe fourreau de... crépine de porc ladygaguesque improbable, tentant d'approcher Rita Hayworth sur Put the blame on Mame. Beurk et oups. Crepine_T.jpgSon compagnon de scène François Berléan a été grandiose pour donner de la crédibilité à la performance, en rattrapage aux chippendales perdreaux-du-jour et leur séance de strip-tease... 
Mais on est allés plus loin encore : j'ai du réprimer des hauts-le-coeur à la vue d'un coeur de cheval. C'est énorme, un coeur de cheval. Il a été cuisiné sous nos yeux. Et le chef l'a transformé en mets délectable. De même que cette petite cervelle de cerf, extirpée de sa boîte craniène en direct et mitonnée ensuite. Âmes sensibles changez de blog. En même temps je pense que si nous savions tout ce qui se passe avant l'arrivée de l'entrecôte dans notre assiette peut-être serions nous tous végétariens. Carcasse_T.jpgBien d'autres surprises encore, mais la plus belle, celle qui m'a émue, a été la transcription musicale de saveurs et d'impressions gustatives, je vous raconte cela tout bientôt...

 

Récapitulatif des articles Paris des Chefs :

 

2012 Humer l'atmosphère
2012 Duo Anne-Sophie Pic Carole Bouquet
2012 Duo Fulvio Pierangelini Massililiano Fuksas
2011 Thierry Marx
2011 Arnaud Daguin
2011 Mauro Colagreco

 

La newsletter vous informe en avant première d'événements et de publications à venir et fait le point du meilleur de Grelinette et Cassolettes (astuces, idées de présentation etc.). Pensez à vous inscrire (en bas à droite) ! Vous pourrez aussi et surtout recevoir les articles au fil de leur publication, qui n'est pas forcément régulière...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BREE 26/01/2011 01:08


encore un SUPERBE POST !
tres PRO
et plaisant à lire
à cette heure ters tardive !
biz
BREE


Dominique Coucou 25/01/2011 00:02


Isabelle bonjour,

Enfin, j'ai réussi à m'inscrire sur ton blog, j'ai eu beaucoup de mal. Pour te dire que ton blog est vraiment super, tout me fait envie ,je vais essayer un jour de faire une de tes recettes. A
bientôt de tes nouvelles Domi


Isa-Marie 25/01/2011 19:28



Coucou Domi,


Merci de ta gentillesse !


A tout bientôt pour le prochain May I ou peut-être avant ?


Amitiés d'Isa-Marie



Bonpourlespapilles 24/01/2011 22:59


Coucou, me revoilà :) Alors bonne année !
Merci pour ton article, j'ai appris plein de choses :)
Bisous et bonne soirée :)


Mamapasta 24/01/2011 21:47


dès que l'on fait tout ce qu'il faut pour magnifier les légumes, je m'incline bien bas.....Je hais les cuisiniers qui place le légume au niveau de " décors de bord d'assiette"


mitokola 24/01/2011 17:22


Un très beau texte qui m'a appris beaucoup de choses particulièrement intéressantes, merci Isa-Marie, j'apprécie d'autant plus ce que l'on appelle chaud-froid, c'est vraiment très gustatif et
ludique... je suis impatiente de connaître la suite....
belle fin de journée à toi, gros bisous amicaux,
Jacqueline


Pornic 24/01/2011 16:08


J'aime bien l'idée d'associer le cuit et le cru. D'ailleurs on le fait souvent lorsqu'on met du persil sur un plat de légumes chauds.


fabymary poppins 24/01/2011 15:17


très sympa tout ça et je reviens de montpellier mais pas vu la fameuse tout je verrai ça une prochaine fois je me réabsente quelque temps et on se revoit après bises


Mag 24/01/2011 15:00


Très interressant!!
bonne journée a toi!


le gars astronomique 24/01/2011 13:19


Hou la honte, j'suis tellement nul que je pourrai pô te citer 5 noms de grands chefs . . .
Je sais, c'est trop la honte ...
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Aude 24/01/2011 11:22


Excellent reportage !
J'ai adoré te lire, ton écriture est très agréable et on apprend plein de choses sur ton blog.
J'attends demain pour voir un autre duo, et j'attends Thierry Marx avec impatience.
Merci !


tiuscha 24/01/2011 10:08


Je ne sais pas si le légume carbonisé, s'il s'appelle "originel" c'est certain, peut également s'appeler bon sens... A suivre !


prici 23/01/2011 23:11


Bien intéressant ton reportage, à demain pour la suite!
Bonne nuit Prici