ArtFold Livre Chat #Jeu pour le Gagner !

Publié le par Isa-Marie

Au fur et à mesure que l'hiver s'installe et que le froid s'intensifie, Dundee passe de plus en plus de temps à dormir au chaud à la maison. Impossible d'aller ranger ma valise, depuis mon retour de Champagne, car c'est son corner chouchou... Est-ce que vos chats sont pareils ?

Ce sont bien des histoires de Chats que je vous propose de partager ici, en laissant des commentaires pour participer au jeu.

Et je choisirai le commentaire le plus drôle ou le plus émouvant ou le plus... Chat, en fonction de ce que vous nous concocterez comme jolies histoires.

le livre à gagner en vaut la peine, il est extrêmement bien écrit (voir ici et ici) et surtout vous pourrez le transformer en sculpture Chat en suivant les indications données au fil des pages...

ArtFold Livre Chat #Jeu pour le Gagner !

Pour participer au jeu et tenter de gagner ce livre si particulier c'est très simple.

Racontez moi (sur ce post) une "complicité chat", une histoire, une anecdote...

Vous avez jusqu'au 10 décembre et vous pouvez jouer plusieurs fois pour augmenter vos chances de gagner... Je choisirai l'histoire qui m'aura le plus séduite, par son originalité, ou son côté émouvant, ou étonnant... et tous nous profiterons de vos histoires à chacun, que nous lirons avec plaisir... C'est à vous !

 

 

Vous aimez l'esprit de Grelinettes et Cassolettes ?
Alors laissez vos commentaires, donnez vos avis... C'est ce qui enrichit le blog et le fait vivre ! Moi aussi j'adore vous lire !

Publié dans Tags et jeux

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Félinette 10/12/2016 16:20

Deux petites histoires concernant le même "personnage" : mon chat tout noir, d'un an et demi, appelé Loulou. Chaque matin, il joue avec une petite souris grise en peluche. Il la transporte de pièce en pièce et la pauvre chérie est maintenant en 3 morceaux que je retrouve un peu partout ! Chaque soir, mon mari trouve la souris n° 2 (une amie lui a apporté la même car il ignore les autres qu'il ne promène pas) à SA place sur la couverture du lit. Mais, ô surprise, la semaine dernière, la souris n'était pas à SA place mais à la MIENNE, ce qui n'arrive jamais. On a demandé à Loulou pourquoi ? Grands yeux innocents et pas de réponse. On a cherché la raison et on en a déduit qu'habituellement mon mari se lève le premier et donne quelques croquettes. Mais ce jour-là, très pressé partant de très bonne heure, pas de croquettes distribuées. C'est donc moi qui lui ai fourni les croquettes. Le chat aurait-il voulu montrer son mécontentement vis à vis de mon mari ou est-ce un hasard ? On penche bien sûr pour l'attitude délibérément effrontée du croqueur de croquettes.... Depuis tout est rentré dans l'ordre ! Faut surtout pas changer les bonnes habitudes !

Toujours le même Loulou. Un week-end, mon mari, très atteint par une bronchite, est resté dormir sur le canapé, avec une petite lampe en veilleuse, ne voulant pas me déranger par ses accès de toux épouvantables. Chaque fois qu'il ouvrait les yeux, Loulou était assis sur le tapis, à la hauteur de sa tête, à le surveiller d'un air inquiet. Habituellement, le chat dort sur le lit, à nos pieds sans bouger. Mais là, on aurait dit un garde-malade attentif ! Les chats comprennent tout...

Valérie 08/12/2016 12:05

La maison des chats.
Les maisons béarnaises étaient traditionnellement conçues avec l'habitation au premier étage et la grange utilisée pour le bétail en dessous. Aujourd'hui les chats de la maison ont droits aux fauteuils et aux lits douillets de l'étage tandis que le rez de chaussée est réservé aux hôtes de passage: les sauvages, les laissés-pour-compte, les itinérants,...Ils y trouvent le souper et quelques panières tapissées de pulls feutrés.
Un jour arrive un vieux chat gris au pelage terne et poussiéreux, le ventre gonflé de vers et affligé d'un strabisme divergent qui lui valu illico le grand nom de Jean Paul Sartre. Sans doute à la suite d'une bagarre, l'animal avait sa patte avant droite tellement infectée qu'elle avait doublé de volume. Sans bronché il avala sa gamelle, se roula en boule dans un coin et s'endormit.
Je le gardais 15 jours dans une pièce au calme à l'abri des chats et des hommes, le soignait à grand renfort d'antibiotique et de vermifuge. Petit à petit sa patte a guéri et un matin je lui ouvrais la maison. Il est sorti sur le pas de la porte, s'est tenu un moment les yeux fermés dans une flaque de soleil et puis il est parti comme il était arrivé, discrètement.
De temps en temps je le vois revenir. Affamé il se jette la nourriture offerte, crache un peu sur les autres chats, et vient se frotter à moi. Maintenant je peux le prendre, un peu,dans les bras. Il ne faut pas que ça dure trop. Il s'essaie au ronronnement, tente d'apprendre la douceur, mais très vite son besoin de liberté est trop pressant. Je le vois sauter un mur, ça y est il a disparu .

Félinette 07/12/2016 02:10

J'ai toujours aimé les chats mais n'ayant pas pu en avoir dans ma jeunesse, l'occasion s'est présentée sur mon premier lieu de travail. Un jour, de la fenêtre de mon bureau, j'aperçus un petit chat noir grimpant dans l'un des arbres de la cour. Armée de l'autorisation de mon patron, je descendis pour voir le petit grimpeur. Son "papa", un ingénieur de la maison, survint et me dit qu'il me le donne si je le veux. Mon patron, le directeur général de l'institut, voyant que j'étais très tentée, me dit qu'il veut bien que le chaton soit la mascotte de l'Institut. ô joie ! Sitôt dit, sitôt fait. J'installai le chaton dans mon bureau, avec litière et nourriture. Promenades et cavalcades dans les bureaux du 1er étage pour la joie des secrétaires. Pour ne pas le laisser seul la nuit, le soir je prenais le métro avec le minou dans un tout petit sac servant à transporter des aiguilles à tricoter et le matin, même périple en sens inverse et ce, pendant quelques semaines. Et que pensez-vous qu'il arriva ? Le jour du conseil d'administration, présidé par le PDG d'Air France de l'époque en personne, le chaton alla se promener dans la salle et escalada la jambe du pantalon du président lui-même. Cela a amusé l'assemblée mais sonna la fin de son séjour dans la maison (maison "sérieuse" à l'esprit encore un peu strict dirigée autrefois par des
militaires !). Donc, j'ai gardé la minette chez moi pendant 19 ans, elle a eu 4 chatons adorables dont 2 sont partis aux Etats Unis.
L'ingénieur à la base de cette histoire, m'a confié sa recette pour placer les chatons issus de son couple de chats (un tout noir et un tout gris très élégants) : à l'heure de la sortie des élèves d'une école primaire, il stationnait sa voiture devant la porte en exposant 2 ou 3 chatons, agrémentés d' un beau noeud rose ou bleu (!), dans une corbeille. Aucun enfant ne résistait au spectacle et implorait papa ou maman pour adopter un chaton. Cela marchait souvent très bien !
Donc, je pense que l'ingénieur avait la même idée en apportant le chaton au bureau... et je me suis laissée séduire comme les enfants (mais sans le noeud autour du cou des minous !) et je ne l'ai jamais regretté. A la fin de sa vie, crise d'urémie, et ne pouvant plus bouger, pour répondre à mes caresses une petite larme perlait au coin de son oeil. Le vétérinaire l'a doucement endormie pendant que je lui tenais la patte. Ce fut très émouvant mais je crois qu'on doit bien cette dernière preuve d'amour à un animal qui vous a donné sa confiance. Ce fut ma première chatte noire adorée.

Félinette 06/12/2016 23:06

Encore une chatte perdue qui vient me parler dans mon parking! Toute noire, poil mi-long, grands yeux verts implorants. Je suis fan des chats noirs. Elle apprécie mes caresses et me parle longuement. Le lendemain matin, elle m'accueille chaleureusement avec bavardages. Elle dévore le sachet que j'ai apporté. En partant travailler, je lui dis au revoir et le soir, elle est là, fidèle au rendez-vous et remange un sachet. Elle me raccompagne jusqu'à la porte du parking et me "dit" : "emmène-moi, emmène-moi". Je pars enquêter dans le voisinage ... sans succès. Même manège pendant 3 jours et je trouve qu'elle grossit. Attendrait-elle un "heureux" événement ? Pas si heureux que cela dans son cas ! Sachant que le gardien faisait la chasse aux chats, je décide de la conduire chez le vétérinaire. Je lui explique le cas et il accepte de la stériliser. Le lendemain, il me dit, ô surprise !, qu'elle n'attend pas de bébés, qu'elle a déjà été opérée, qu'elle est âgée et qu'elle grossit... tout simplement parce que je lui donne à manger ! Je décide donc d'adopter cette errante et de l'appeler Ramina. Je ne PEUX PAS la remettre à la rue. Elle compte sur moi pour la sauver et me promet une reconnaissance éternelle via ses beaux yeux ! En manque de chat depuis quelques mois, j'ai été conquise par ses ronrons sans fin. Elle a tout de suite été à l'aise dans son nouveau domicile et le soir elle est venue se blottir contre moi, et, impérativement posa sa tête dans mon cou, allongée entre mon bras et mon flanc. Je restai ainsi sur le dos, sans oser bouger car j'ai senti qu'elle était heureuse, me donnant sa chaleur et s'abandonnant à mes caresses et mes mots doux. Chaque soir, c'était le même cérémonial.
Ramina est restée plus d'un an avec moi mais devenant incontinente, la vie devenait impossible pour elle malgré les draps non tissés que je disposais partout, nuit et jour. Son poil était continuellement mouillé et le vétérinaire, après plusieurs traitements, n'a pas pu la maintenir en vie. Peut-être avait -elle été chassée pour un petit pipi sur un tapis et s'était-elle réfugiée dans ce parking ? Gros chagrin pour moi mais j'ai pu lui donner un peu de confort et d'amour sans oublier aussi tout le bonheur qu'elle m'a procuré.

Jacqueline 04/12/2016 12:03

La nuit tombe, je sais qu'elle va t'appeler et que ton nom, resonnant, tu vas t'echapper et suivre ton instinct tout au long de ces heures ou tu ne seras plus la, ou je dormirai !
Mais le jour se leve et la nuit nous quitte... Petits pas, empreintes boueuses quelques fois, tu reviens et te blottis sous le drap...
La, mes yeux s'entrouvrent et te decouvrent... nonchalant, abandonne, confiant et calin, quemandeur et porteur a la fois du moindre bonheur, tu m'offres et partages, sans condition, ton amour inconditionnel...
Je t'aime, mon Chat !

marie 04/12/2016 03:45

Bonsoir, C'est l'histoire de notre Nuage! On ne sait pas quel age il a .. autour de 10 ans.. Il vivait en Ehpad depuis quelques années avec des papys et des mamys desorientés qui l'aimaient bien.
Un jour, on n'a plus voulu de lui à l'Ehpad quand le directeur qui l'avait autorisé est parti. Et puis Nuage s'oubliait parfois sur les lits des résidents quand personne ne songeait à le faire sortir...

On allait le mettre à la SPA... J'ai proposé de le prendre en tant que famille d'une résidente.
Nuage est arrivé chez nous en mai 2014. Il était mal en point: infection urinaire, porteur de vers... il a fallu qu'il prenne ses marques à la maison, qu'il fasse connaissance avec Cannel et réciproquement.. Nous avons eu peur qu'il ne reste pas... Nous l'avons soigné. Il est redevenu propre petit à petit.

Aujourdhui, Nuage est un chat adorable, câlin.. Il nous rend bien toute l'affection qu'on lui porte. Souvent, je repense à son histoire et je me dis quel bonheur de l'avoir, quel bonheur de lui avoir évité la SPA et peut etre la mort...

Nous prenons régulièrement des photos de lui que je montre à la résidente qui s'en occupait le plus.. Malade de la maladie du siècle, elle me dit qu'elle a de la peine de ne plus le voir mais est heureuse de savoir qu'il est heureux chez nous!Je lui ai donné une grande photo de Nuage pour sa chambre...

Chantal 03/12/2016 21:49

Schnapz, chat roux à longs poils, m'a tenu un discours de 20 minutes où il se plaignait de s'être fait gronder par sa maîtresse : miaulements plaintifs, demande de câlins et, dès que je voulais me lever, posait ses pattes sur ma cuisse car il avait encore à me raconter.

2 ou 3 jours après notre conversation, j'ai rencontré sa maîtresse et lui ai carrément demandé pourquoi elle avait grondé Schnapz. Elle a commencé à m'expliquer puis s'est arrêtée en me demandant comment je savais ça ???

Je lui ai expliqué notre conversation..... elle n'en revenait pas et m'a dit qu'elle allait être plus prudente vu qu'il venait tout me raconter.

Adorable Schnapz qui aimait discuter

Jean-Paul24 03/12/2016 21:14

Bonsoir,
L' histoire que je vais vous raconter est véridique: il y a quelques années mon frère Guy possédait un chat et un chien; le chien, Hermès, comme beaucoup adorait le sucre mais mon frère ne lui en accordait que parcimonieusement un demi chaque matin. Cependant mon frère avait remarqué que le sucrier, posé sur la table lors du petit déjeuner diminuait de façon sensible chaque matin lorsqu'il revenait des ses ablutions de la salle de bains voisine. Intrigué durant plusieurs jours il sortit subrepticement une fois de la salle de bains pour s’ébahir du spectacle qui s' offrait à lui: le chat, qui avait sauté sur la table, extrayait avec une patte du sucrier un à un des carrés de sucre qu' il "offrait" à son compagnon canin resté à terre , dans l' impossibilité qu' il était d' atteindre lui même ce lieu élevé...
Ce qui fait mentir l' expression "se regarder comme chien et chat". Cette complicité, acte gratuit de la part du chat, peut réconcilier des animaux (ou des personnes....) qui ne le sont pas par principe: c' est une belle leçon de tolérance !

Bruny 03/12/2016 12:29

Notre chat nous a trouvé un jour de mai alors que faisions un tour au jardin . Des miaulements insistants nous ont dirigés vers lui et nous l'avons découvert efflanqué, blessé et totalement perdu . Remis sur pattes par le vétérinaire (" il a du en faire des kilomètres celui-la , et ça fait au moins 3 semaines qu'il erre !! ") nous avons tenté de lui retrouver son maître . En vain . Secrètement heureux nous l'avons baptisé Loulou et immédiatement adoré avec son pelage gris et blanc et son nez moitié rose moitié gris . Depuis , mon mari lui parle avec des miaous qui le laissent stoïque et moi avec des " Rrrou" et autres "Rrrrr" auxquels il répond de la même façon en clignotant des yeux .
C'est moi qui sait "parler chat" dans cette famille ; je suis douée pour les langues !!!

Olga 02/12/2016 08:11

Je retente ma chance car les chats c'est ma vie.
J'en ai eu depuis que je suis petite, j'aime leur contact, leurs attitudes, ils sont subtils ils vont à l'essentiel et sont de grands épicuriens. Peut on envisager mieux ?

Genty 01/12/2016 22:57

De tant d'années à côtoyer les chats, il y aurait tant à dire.... Un souvenir fort m'est venu parmi d'autres : deux chattes de la maison (Tomme, morte l'an dernier à 23 ans et Cédille qui savoure actuellement la chaleur du poêle du haut de ses 16 ans) avaient mutualisé leurs rôles de mamans. Elles réunissaient leurs portées sur le canapé, et tous les petits minous tétaient la maman disponible. Quand Tomme ou Cédille avait besoin de se dégourdir les pattes et de changer d'air, les petits minous restaient en confiance sous la haute surveillance de la maman de faction. C'était craquant ! J'ai des photos de ma fille ravie d'être escaladée de toutes parts par des petites boules de poils adorables et actives ! Saurions nous, nous les humains, faire aussi bien ? C'est une belle leçon de partage !
Bonne soirée à tous,
Une amoureuse des chats

Marguerite 01/12/2016 20:46

Un petit coquin que ce Dundee! oui ils sont terribles ces chats mais on les aime tant! je n'en ai plus depuis que ma petite Java nous a quitté en Février dernier, nous avons eu tant de peine après 16 ans ensemble.
Elle était coquine aussi! elle aimait bien se mettre dans les pots de fleurs au soleil à la fin de l'hiver, peut être y faisait il plus chaud? elle nous manque beaucoup.bonne chance à tous et merci Isa

mamiekeke 01/12/2016 18:04

Bonne chance à tous et toutes car les chats nous font vivre des histoires d' amour incroyables .
Bisous marseillais du jeudi soir .
Renée (mamiekéké).