Polenta : mes petits "trucs"

Publié le par Isa-Marie

La Polenta (chez nous on dit "polente") est capable du meilleur comme du pire.

C'est avant tout un plat de pauvre, et typiquement une préparation vénitienne. Elle est arrivée en Italie au XVIème siècle. Maintenant elle s'invite dans les repas les plus huppés. On en trouve de différentes sortes, blanche, jaune d'or, traditionnelle, précuite, à grains fins ou à grains épais.

Personnellement je la choisis plutôt bio, pour éviter les OGM, et si possible jaune, à grains moyens.

On peut la préparer en purée souple ou la cuire pour la recouper et la faire revenir ensuite. C'est ce que j'adore.

Et je la préfère... en losanges. Je vous raconte pourquoi...

Polenta : mes petits "trucs"

Je garde un vague souvenir dubitatif d'une polenta goûtée du bout de la fourchette chez une copine au mari pourtant italien de Lombardie. La polenta était flasque, sans saveur, au milieu de la table et chacun se servait, en la recouvrant d'une sauce tomate destinée à redonner vie à ce plat désespéré. Plus jamais cela...

J'aime plutôt la polenta parfumée, pas bourrative, et je garde l'idée de la sauce tomate pour l'accompagner, pourquoi pas. Mais surtout j'aime lui ajouter quelques saveurs...

La polenta s'agrémente, pendant la cuisson :
De fromage, et je préfère les chèvre ou le brebis... On peut choisir des fromages fondants, qui vont lui apporter une texture crémeuse et douce et accentuer le liant naturel entre les mini grains...
D'olives noires hachées au couteau, assez finement
D'herbes aromatiques, thym, romarin, sarriette, sauge...
D'épices, pourquoi pas, et très certainement de piment d'Espelette, qui lui donne un (bon) caractère.

Comme sa couleur est magnifique, d'un beau jaune d'or, le moindre élément en plus la sublime d'un côté appétissant...

Elle se cuit en la versant dans l'eau bouillante. On l'ajoute d'un coup puis on baisse le feu et on tourne régulièrement pour qu'elle n'accroche pas, le temps de la faire gonfler. On l'assaisonne pendant la cuisson. Lorsqu'elle se détache bien des parois de la casserole quand on la tourne à la cuiller en bois, on la verse dans une assiette froide et on la laisse se figer.

Pourquoi la découper ?
On la découpe au couteau, ou à la ficelle alimentaire (une ficelle bien tendue entre pouce et index de chaque côté, pour faire des traits bien nets).
La découper permet de la portionner pour faire revenir les morceaux dans un petit peu d'huile d'olive. Elle devient alors croustillante en surface et reste moelleuse à l'intérieur. Mais attention, pas de trop gros morceaux, et pas trop d'huile non plus...

Pourquoi en losanges ?
Parce que cela permet d'avoir de jolies pointes croustillantes et c'est plus "léger" dans l'assiette que de simples carrés. Et cela rappelle les motifs chers à la Commedia dell Arte...

Voici quelques exemples aux champignons ici click

Polenta aux champignons

Polenta aux champignons

Ou avec un Osso buco ici click

Osso buco à la polenta

Osso buco à la polenta

Mais j'adore aussi la polenta en panure, comme ici avec des Céteaux click

Céteaux panés à la polenta

Céteaux panés à la polenta

Et la polenta est indispensable pour des nuggets maison réussis, la recette est ici click...

Nuggets maison croustillants, à la polenta

Nuggets maison croustillants, à la polenta

Et vous, comment aimez vous la polenta ?

 

 

Vous aimez l'esprit de Grelinettes et Cassolettes ?
Alors laissez vos commentaires, donnez vos avis... C'est ce qui enrichit le blog et le fait vivre ! Moi aussi j'adore vous lire !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Françoise 04/01/2017 08:04

Meilleurs vœux pour 2017 et merci pour cet article.
J'oublie souvent de mettre la polenta au menu mais je l'aime aussi découpée et "frite". J'adore l'idée des losanges et celle des olives que je retiens toutes les deux.

chantal SEVESTRE 03/01/2017 20:03

Moi qui n'aime pas la chapelure en panure je retiens l'idée de faire avec la polenta. J'aime la polenta mais ne pense pas souvent à en faire il me faudrait remèdier à cet oubli.

Simon 03/01/2017 19:49

Miam ! Je l'aime comme toi la polenta! Mon petit truc en plus pour l'alléger : quelques feuilles de chou de Milan coupées en lanières et juste "tombées" à la poêle (ou pas si je n'ai pas le temps, c'est plus vert et légèrement croquant) ajoutées 5-6 minutes avant la fin de la cuisson. Mais je retiens avec gourmandise l'idée des olives noires.
En tout cas, mille mercis pour ton blog qui est ma petite bulle d'évasion et pour 2017, je fais le vœu que ton année soit belle et douce, riche de découvertes, de rencontres et de jolis moments.
Merci spécial car ton livre sur "trouver le Nord" a fait un heureux à Noël : mon papa!
Encore merci!
Ariane