Les bons "Coins à Champignons" : faut-il les partager ?

Publié le par Isa-Marie

Drôle d'histoire... Au fil de la saison je vous ai parlé de nos récoltes sylvestres. Quel plaisir de faire une balade en forêt, tôt le matin, de mettre en alerte tous ses sens en étant attentifs aux parfums de terre et d'humus, aux couleurs d'automne qui déclinent toutes les nuances d'or et de carmins, aux bruissements dans les branches, aux chants d'oiseaux, amplifiés par le calme ambiant. On change alors de rythme et on savoure l'instant de découverte permanente. Si par chance c'est la saison et qu'on se promène au bon endroit, on peut avoir le bonheur de découvrir de merveilleux champignons voire même de faire une récolte de qualité. Cèpes et pieds de moutons sont au rendez-vous, il suffit de les chercher, et surtout d'être au bon endroit.
Le mycélium a ses caprices. Sa course, sous terre, reste mystériuse et les champignons ne sont pas partout. Un "coin à champignons" peut être naturellement borné sur quelques dizaines de mètres carrés, et autour plus rien, aucune récolte possible.
Ces "coins à champignons", on les découvre à force de patience et d'observation. On apprend à reconnaître l'environnement, les arbres alentours, la luminosité...
Puis, ces "coins" o
n les respecte, c'est à dire qu'on n'y jette rien, on ne shoote pas les champignons inconnus ou non comestibles, on ne chamboule pas l'environnement. De même que sur l'estran lorsqu'on bouge les pierres ou les rochers lors d'une pêche à pied on prend bien garde à tout remettre en place pour ne pas bouleverser l'écosystème, en forêt on respecte aussi les lieux. Si on a le bonheur de s'y régaler parce qu'il nous semble intact, c'est parce que les promeneurs qui sont venus avant nous ont eux aussi su apprécier l'endroit et n'ont pas laissé trace de leur passage.

La cueillette correspond aussi à un art de vivre, aux antipodes de l'esprit de société de consommation. On se veut en symbiose avec la nature, on retrouve nos origines le temps de quelques heures.

JMG_5380T.jpg

Il y a un mois de cela, j'ai emmené une copine, parce qu'elle me le demandait avec beaucoup d'insistance depuis un moment. Je ne la connaissais pas bien (je l'avais rencontrée dans une association) mais je nous croyais sur la même longueur d'ondes. Donc le rendez vous a été pris et j'ai été fière de lui faire découvrir, un peu comme un trésor, cet endroit privilégié que d'ailleurs elle a immédiatement apprécié. Je lui ai montré les ronds de sorcières, si étonnants, je lui ai appris à différencier cèpes et bolets, coulemelles et pieds de montons. Et, à un moment où elle était à l'écart et ne me répondait pas, j'ai été intriguée. Je me suis approchée d'elle : elle balisait tout simplement notre ballade au GPS ! Elle marquait les coins à cèpes ! 
Depuis le "périmètre" (qui restait sauvage et inviolé depuis 6 ans) a été bouleversé. Elle m'a avoué (non sans défi) y être retournée avec famille, copains (forcément l'endroit vaut le détour)... On y a trouvé des emballages de barres de céréales. Les champignons non comestibles ont été shootés et moi aussi j'ai eu l'impression d'avoir été secouée.
Je me suis trompée et ai mal évalué la personne à qui j'ai fait confiance, sans doute par excès d'optimisme. Par principe je pense qu'il faut faire confiance aux autres à priori. Ce n'est pas toujours une bonne idée. J'ai été bernée.

Il est des gens irrémédiablement connectés à la société du rendement et de la consommation qui vont dans les bois au GPS pour dévaliser le lieu sans perdre de temps puis passent à autre chose.
La prochaine fois je serai moins confiante et j'adopterai l'attitude des "anciens" qui ne dévoilaient jamais leur "coin à champignons"...

Et vous ? Qu'en pensez vous ?
Donneriez vous votre "coin à champignons" ?

 

ADDENDUM...
Après une journée, voici ce que je peux ajouter sur le sujet. C'était en sologne il y a quelques dizaines d'années. Ma grand mère, qui adorait les cèpes, savait où en trouver : il y avait un petit chemin, derrière les maisons où les champignons poussaient facilement. Mais ce "coin" avait été trouvé en tout premier lieu par son voisin. Jamais elle n'aurait cueilli "ses cèpes" sans son accord. Et d'ailleurs il arrivait que le voisin vienne lui en apporter. Autres temps. Autres moeurs...

 

La newsletter vous informe en avant première d'événements et de publications à venir et fait le point du meilleur de Grelinette et Cassolettes (astuces, idées de présentation etc.). Pensez à vous inscrire (en bas à droite) ! Vous pourrez aussi et surtout recevoir les articles au fil de leur publication, qui n'est pas forcément régulière...    

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

claire 23/09/2017 08:45

je suis arrivée dans la région il y a deux ans, originiaire du sud ouest, j'ai pour habitude avec mon père d'aller à la cueillette aux cèpes. Depuis que je suis ici, ne connaissant pas les bois je ne peux pas le faire et ca me décoit un peu que les gens gardent leur coin secret même si je le comprend au vue de cet article et de certains comportements irrespectueux envers la nature ... mais heureusement on est pas tous comme ca ! alors pour une adresse je suis preneuse ha ha ha ^^

Sigrid 02/09/2017 13:07

Bonjour,
Votre histoire est effarante et choquante en effet.... A votre place, je ne sais pas ce que j'aurais fait, j'ai aussi tendance à faire confiance en l'honnêteté et la générosité.
Une de mes amies de lycée puis de fac me faisait toujours rire car dans le village auvergnat de la maison de sa famille, elle allait aux champignons en cachette ! Si elle en trouvait par hasard alors qu'elle n'avait rien pour les mettre (pour qu'on ne puisse pas voir qu'elle en avait...!), elle ne les ramassait pas immédiatement mais retournait sur le lieu, par un chemin détourné et si elle avait de quoi les cacher, elle faisait un détour pour arriver dans le village par un autre chemin...!
J'ai un coin à muguet que je n'ai dévoilé qu'à ma meilleure amie. Il est peu connu (je n'ose prétendre être la seule, même si je n'ai jamais vu que quelqu'un.e soit passé.e par là au moment de la floraison.) car il est loin de la route forestière et demande un peu de débrouillardise pour y parvenir. Le muguet attire peut-être moins que les champignons ?

Michèle 01/09/2017 18:53

Tu as raison, autres temps, autres mœurs, je crois que malheureusement la confiance n'est plus de mise aujourd'hui....

Hélène 10/10/2014 20:53

Je ne connais malheureusement pas de coin à champignons, mais dans le cas contraire je ne l'indiquerais en aucun cas à quelqu'un que je ne connaîtrais pas parfaitement bien et depuis longtemps.

michelle 10/10/2014 17:27

Je relis ton article et je crois entendre mon papa lorsqu'il allait aux champignons. Il ne dévoilait jamais ses adresses. Je te souhaite une bonne fin de journée

valérie 15/10/2012 13:11

Les boules ! Même si on m'indiquait un endroit où les trouver, j'ai si peu confiance en moi que je n'irai pas. Par contre si on m'en apportait quelque fois j'offrirai autre chose en échange.
Champignons ou autre il y a certaines personnes qui n'ont pas de respect, à qui on ne peut rien confier. Et je pense que ça a dû arriver à beaucoup d'entre nous de se tromper sur quelqu'un. Il faut
garder ses "jardins secrets" pour soi et ses coins à champignons !

marie-line 18/01/2012 08:30

Quelle histoire .. c'est désolant cette société mais heureusement qu'il reste encore quelques bonnes âmes respectueuse de la nature qui nous donne tant . Personnellement , mon père va aussi aux
champignons et il a déjà fait lui aussi le constat du non respect ..

Fabymary POPPINS 17/01/2012 15:33

lamentable comportement et comme toi à la base je fais confiance et quelquefois nous sommes très décues, bisous

Marabout 20/09/2011 16:54


Hé ben alors ! C'est effectivement un super exemple pour illustrer notre article - désolés pour toi de cette mauvaise expérience !!


Claire 20/09/2011 16:51


Dingue !!! Je n'en reviens pas, quel culot !! C'est à se dégoûter du partage, quel manque de respect - pourvu que ça ne te dégoûte pas :)


Marie 03/11/2010 18:59


Pour votre plaisir ... Amitiés


mamina 02/11/2010 18:56


Que c'est triste de penser que quelqu'un n'ait pas su respecter la forêt et ses trésors.
La confiance mal placée, c'est malheureusement assez courant et c'est bien dommage!
Je t'embrasse.


Séverine(34) 02/11/2010 14:15


je comprends ta déception, c'est vraiment écoeurant et stupéfiant.
Il y a toujours tellement de monde prêt à profiter malhonnêtement, nous sommes dans l'ère du "moi, moi, moi, à moi, à moi, à moi" si plein d'égoïsme.
Parrallèlement, j'ai fait une belle rencontre pdt mes vacances et je t'avoue que j'ai été scotchée de la confiance qu'elle m'a accordé.
Bises, bonne journée malgré tout.


Isa-Marie 02/11/2010 14:26



Coucou Séverine,


Je suis là ! Dis m'en plus hors blog ?


A tout à l'heure


Isa-Marie



Marie-Claude 02/11/2010 11:52


On ne donne jamais un coin à champignons !


Choupette 02/11/2010 09:03


L'attitude de cette personne est vraiment lamentable c'est la seule chose à dire malheureusement. Je comprends ton désarroi face à de tels actes.


Poucinette 02/11/2010 08:50


Mauvaise expérience mais tu te ne pouvais pas savoir !!!!! en tout les cas il faut préserver notre jolie nature !!!! :) bises


BenCo 02/11/2010 05:53


Ici, la question ne se pose pas: les bois sont à 99% privés, parfois la cueillette y est interdite, parfois autorisée aux habitants du hameaux ... mais une chose est certaine, ne pas s'amuser à
essayer de la faire à l'envers: c'est un coup à se retrouver sans pneu, ou avec des roues crevées


Isa-Marie 02/11/2010 17:53



Coucou Ben !
Tu es là, je suis super contente de ton passage ! Tu me manquais !
A propos de champignons je réalise que du coup ils ont une valeur quasi inestimable... Parce qu'ils sont délicieux ? Parce qu'ils sont gratuits ? Parce que la récolte est un trophée ?
Amitiés d'Isa-Marie



Au gré du marché 01/11/2010 23:45


Chère Isa-Marie,
Quelles déception et frustration tu as dû avoir en forêt, lorsque cette triste histoire est arrivée! Heureusement, cette personne n'était pas une amie, car c'est le genre d'événement qui aurait pu
mettre un terme à votre amitié.
Donc prudence est de rigueur en la matière, et il devient important de bien informer ses compagnons de cueillette, que GPS et cellulaires demeurent à la maison avant de partir en randonnée
mycologique.
Amitiés,
Lou


véb 01/11/2010 22:32


Faudrait qu'on on en trouve, de par chez moi il ne sont pas légion, mon époux a trouvé 300 g de cèpes que j'ai congelés. Mais j'avoue que je suis du genre à partager avec les autres et tant pis
pour les déceptions, il y en a toujours mais je recommence, je crois en l'autre. Bien cordialement


Séverine Lustucrubleu 01/11/2010 21:23


Moi je connais les coins grave a mon papa et je transmettrais a mes enfants et a personne d'autre je pense!!! Bises!