30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 07:59

On se régale bien avec les légumes. Nous sommes dans cette fameuse période charnière où on trouve encore des légumes d’été (si, si, il reste des solanacées, encore un peu au jardin et à la biocoop aussi) et nous avons déjà les légumes d’hiver, c'est un moment d'une grande diversité, donc…  

Cette fois j’ai préparé une fricassée plutôt teintée automne hiver mais je n’ai pas dit mon dernier mot…

Cette fricassée mêle des saveurs très différentes mais parfaitement assorties. Je les ai toutes cuites séparément, mais dans une seule très grande poêle, ce qui a permis un gain de temps. La Butternut quant à elle a été gratifiée d’une petite préparation en amont, je l’ai coupée en cubes et précuite à la vapeur…

Fricassée de Butternut à l’Origan, Châtaignes et Champignons de Paris

Pour deux il faut :

250 gr de Butternut environ (une belle grosse section de l’avant de la courge qui est droit)
300 gr de champignons de Paris
200 gr de châtaignes en bocal, déjà cuites
7 branches d’origan (qu’on peut remplacer par du thym)
7 branches de persil plat
3 échalotes
Un filet de tamari
Sel et poivre du moulin
Piment d’Espelette
Fleur de sel
Huile d’olive bio de première pression à froid

Action :

Couper le tronçon avant de la courge butternut, la peler et la détailler en petits cubes d’un centimètre environ. Les assaisonner et les cuire à la vapeur.

Vérifier et laver les champignons de Paris, les couper en quatre et les faire revenir dans l’huile d’olive, avec les échalotes coupées en petits dés.

Rajouter un filet d’huile d’olive et verser les châtaignes dans la poêle sur un côté. Puis faire un peu de place et ajouter dans la même grande poêle les cubes de butternut. Ciseler les aromatiques et ajouter l’origan (ou le thym) à la butternut et le persil aux châtaignes. Verser le tamari sur les champignons. Laisser fricasser l’ensemble sans trop mélanger les saveurs, en divisant la poêle virtuellement en trois.

Servir très chaud en parsemant de fleur de sel et de piment d’Espelette…

 

 

Astuce Butternut : Pour couper la courge dont la peau est dure, utiliser le couteau à pain. C’est plus facile et moins dangereux…

A propos de la déco de la photo  : les feuilles qu'on aperçoit sont de la Consoude. Elle n'est pas là que pour la déco. Je l'ai cueillie en même temps que le persil et l'origan et elle a servi à préparer un délicieux velouté…

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 08:04

Ce n’est pas un secret, les épinards sont les grands délaissés des légumes feuilles… On a de trop mauvais souvenirs des épinards de cantine, des épinards cuits à l’eau qui rejettent un jus verdâtre, et puis de la corvée de lavage aussi…

Pourtant ils savent être délicieux si on s’y prend différemment. Cette fois je vous propose des épinards revenus à la poele dans l’huile d’olive avec quelques échalotes et des amandes effilées, et, alors qu’ils sont encore chauds, avec des copeaux de crottin de chavignol…

Pour les laver, je sors mon grand tupperware géant de 40 cm de diamètre et j’y verse de l’eau fraîche et du vinaigre blanc. Je fais au moins 3 lavages en inspectant bien les feuilles, que j’ai choisies une à une… Mon maraicher me connait, il ne dit plus rien, il sait que je suis définitivement casse pieds. Mais bonne cliente aussi. Cela prend un peu plus de temps mais je ne choisis que les feuilles bien entières et fermes. J’en compte 100 et cela suffit pour deux…

Avant de mettre les épinards à cuire, je détaille mon crottin en petits copeaux, que je fais à l’aide du couteau économe car le fromage est un peu ferme, je les aime bien affinés. Si votre crottin est trop frais, utilisez la lyre à foie gras comme je vous l’ai indiqué ici click… Présentez ces copeaux dans une petite coupelle que chacun ajoutera à sa convenance sur les épinards bien chauds… Un petit régal sain et vous me direz si, chez vous, on n’aime vraiment pas les épinards…

Tombée d’Epinards au Crottin de Chavignol et aux Amandes

Pour deux il faut :
Une centaine de feuilles d’épinards de qualité
Un crottin de Chavignol affiné
Une échalote
Une grosse pincée d’amandes effilées
Huile d’olive bio de première pression à froid
Sel et poivre du moulin
Piment d’Espelette

 

Action :

Laver les épinards à grande eau avec du vinaigre blanc, ôter les côtes des plus grandes feuilles.

Détailler le crottin en copeaux, à l’aide d’un économe ou d’une lyre à foie gras. Les présenter dans une jolie coupelle.

Dans une poêle, faire dorer à cru les amandes effilées. Réserver.

Puis verser un filet d’huile d’olive dans la poêle et faire revenir l’échalote coupée en petits dés. Réserver. Ajouter de l’huile d’olive et verser les feuilles d’épinards à feu moyen, le temps qu’elles réduisent, en les remuant souvent.

Servir les épinards très chauds, avec dessus les amandes et les échalotes, et les copeaux de crottin. Se régaler !

 

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 18:46

Ce livre est une mine de savoir !

« Leurs Secrets de Potager » n’est rien moins qu’une promenade à travers 20 potagers de renom, comme Le Potager du Roi, la Ferme de Sainte-Marthe, les Jardins de Villandry…

N’avez-vous jamais, en visitant un beau jardin, rêvé d’appliquer chez vous un peu de l’atmosphère de ce lieu de renom, où tout semble parfait ? Ici chaque jardin est décrypté, expliqué, démystifié, avec autant de simplicité que de plaisir…

Si vous avez un potager, vous allez savourer chaque page… Si vous n’avez pas encore de potager, vous allez vouloir investir celui de votre papy, de votre voisin, vous renseigner sur les jardins partagés. Car lorsqu’on s’y plonge, on comprend que le potager est un art, et qu’il est à la portée de tous, pour peu que l’on ait les bonnes clefs. Et justement, elles sont ici.

20 jardiniers qui règnent sur de prestigieux jardins qui font rêver, détenteurs de savoir, partent du principe quasi philosophique que les secrets de potager doivent être partagés. Quelle chance pour nous ! Ils se posent ici comme des passeurs d’expérience, ils nous livrent toutes leurs astuces avec simplicité.

Leurs Secrets Potagers

Dans ce livre on apprend à reproduire un potager à l’ancienne, composer un potager en carrés, découvrir des solutions qui marchent, cultiver en bio, créer un jardin d’aromatiques et de simples, utiliser les outils comme la Grelinette (forcément ça me plaît !)…

C’est un peu comme si le jardinier en chef des Hortillonnages d’Amiens, du Domaine de La Grange-la-Prévôté, du Château de Miromesnil, nous ouvraient leurs carnets de notes et nous offraient le meilleur de leur expérience, photos et croquis à l’appui.

En lisant cet ouvrage, on se promène dans le concret : on apprend à protéger les artichauts, à confectionner des trépieds à tomates teintés de pigments naturels, à border ses plates bandes de basilic, car celui-ci dégagent une odeur que les parasites n’aiment pas…

En parcourant ce livre, on se plait à rêver : ces potagers de haut vol, qu’on cite souvent en modèles comme le Parc Caillebotte, le jardin du Château de La Roche Guyon, le Jardin médiéval de Bois Richeux, nous sont ouverts comme dans une visite guidée…

Leurs Secrets Potagers

Au sommaire :

Les Potagers tableaux :
Château de Miromesnil (Seine-Maritime)
Château Val Joanis (Vaucluse)
Jardins de Villandry (Indre et Loire)
Jardin floral du Château de Digeon (Somme)

Les Potagers conservatoires de collections :
Château de la Bourdaisière (Indre et Loire)
Château de Montriou (Maine et Loire)
Jardins de Barbirey (Côte d’Or)
Domaine de La Grange-la-Prévôté (Seine et Marne)

Les Potagers en carré :
Jardins d’Iris (Sologne)
Château des Allues (Savoie)
Domaine de Chaumont sur Loire (Loir et Cher)
Prieuré Notre Dame d’Orsan (Cher)
Jardin médiéval de Bois Richeux (Eure et Loir)

Les potagers d’hier et d’aujourd’hui :
Parc Caillebotte (Essonne)
Le Potager du Roi (Yvelines)
Château de la Roche Guyon (Val d’Oise)
Hortillonnages d’Amiens (Somme)
Ferme biologique du Bec Hellouin (Eure)
Ferme de Sainte Marthe (Loir et Cher)
Domaine de Baudouvin (Var)

Leurs Secrets Potagers

Ce que j’aime dans ce livre c’est qu’à chaque Potager est consacré un chapitre, avec la présentation des lieux et de leur propriétaire, ce qu’il a voulu créer, et ses astuces pour y parvenir.

On découvre des associations de couleurs pour renouveler les mélanges fleuris (d’abord avec des espèces hautes pour former une structure, puis des espèces qui sont mises en valeur à chaque saison, puis des bordures en coussin), des astuces pour associer légumes et fruits (ipomées et pois par exemple, Nathalie Romatet nous explique pourquoi), la technique de la culture sur butte, l’avantage des chemins de pavés, les solutions de désherbage, la création d’un potager déco…

Leurs Secrets Potagers

J’apprécie aussi beaucoup la mise en page : des encarts, des espaces dédiés à un sujet, des pavés thématiques et beaucoup de photos, de grand angle comme de détails font de ce livre un foisonnement de techniques, de trucs et astuces, un fourmillement de bonnes techniques.

Comme une petite encyclopédie très vivante de tout ce qui a été positivement expérimenté dans des jardins de prestige, que nous pouvons reproduire ensuite dans nos propres jardins.

Leurs Secrets Potagers

Je me régale dans ce guide de la qualité des informations distillées. Elles sont le fruit de jardiniers de grande expérience, qui ont tout d’abord fait des études poussées, puis ont compilé des années de pratique et nous livrent sans retenue des secrets, de vrais secrets d’expérience.
Ainsi par exemple, le fenouil à installer un peu partout au jardin car « il offre un feuillage très apprécié des coccinelles, qui viennent y pondre leurs œufs de façon privilégiée ? C’est la constatation faite ici (nous sommes au Parc Caillebotte) par les jardiniers sur plusieurs années. Ses fleurs en larges ombelles jaunes attirent aussi les insectes pollinisateurs, il entre donc dans les indispensables du potager »…

C’est un très beau livre de grande qualité qui sous la forme très belle et très détaillée d’une visite de 20 jardins prestigieux, nous livre les plus beaux secrets de Potagers, les secrets « qui marchent »…

 

Leurs Secrets Potagers
Bénédicte Boudassou
29 cm x 19,5 cm
192 pages
Septembre 2014
ISBN 9 782035 883902
17,90 €
Editions Larousse

 

 

 

Pour retrouver ma sélection de livres de cuisine, de jardinage et d'art de vivre, suivre ce lien

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 09:26

« To crumble » en anglais signifie « émietter »… Traditionnellement Outre Manche le crumble se fait aux pommes.

Ici les Cranberries apportent de l’acidité et un côté « bonbon ». Et, comme dans la recette d’hier j’ai associé cranberries fraîches et cranberries séchées, afin de bénéficier du moelleux un peu sticky des baies séchées.

J’ai d’abord fait cuire les cranberries fraîches dans un jus de citron et avec 10 gr de sucre, pour qu’elles forment leur délicieux et très coloré jus pourpre.

Un dessert moins riche qu’une tarte car il comprend moins de pâte, et peut être même encore meilleur…

Apple and Cranberry Crumble

Pour 4 crumbles individuels il faut :

100 gr de farine T65
100 gr de sucre
10 noix concassées grossièrement
80 gr de beurre (ici de l’huile d’olive bio de première pression à froid)
Une pincée de sel
Une pincée de levure
3 pommes
120 gr de cranberries fraîches
100 gr de cranberries séchées
Le jus de 2 citrons

Action :

Couper les cranberries fraîches en deux et les faire chauffer dans une petite casserole avec le jus de citron et un petit peu d’eau, jusqu’à ce qu’elles deviennent tendres.

Couper les pommes en petits dés d’un cm environ. Répartir les cranberries cuites et séchées, et les dés de pommes dans les plats à crumble.

Préparer la pâte en mélangeant tous les ingrédients du bout des doigts. La texture doit être friable. Répartir la pâte sur les fruits et enfourner à 200° pour 25 minutes.

Servir tiède et se régaler !

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

               

Partager cet article

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 13:25

Ce livre est exceptionnel. Si on s’intéresse à la cuisine, on est à tout moment confronté à l’un des quatre éléments, de ceux qui nous fascinent et nous permettent de progresser : le feu !

Ce livre nous propose de faire un grand clin d’œil à Gaston Bachelard et à nos origines les plus enfouies en nous invitant à cuisiner avec le feu !

Barbecue l’été, cheminée l’hiver… mais pas que. Et à nous les marmites en terre cuite, le « Rocket Stove », le four à bois, les plats fumés, la cisson à l’étouffée dans la cendre…

Ce livre ouvre une voie totalement inconnue, celle des cuissons inédites et pourtant inifiment fascinantes et savoureuses…

Le feu, comme la cuisine, fédère les familles et les amis, il réchauffe les mains et les cœurs, et il ne tient qu’à nous de l’inviter dans nos vies modernes pour perpétuer un savoir faire ancestral qui a toujours été le fondement même de notre humanité.

Cuisiner avec le Feu

Ce livre nous fait découvrir plus de 100 recettes essentielles ou peu connues et toutes géniales, classées en 7 modes de cuisson…

 

La Cuisson « Grill » sur les braises :

Le Pain aux noisettes sur une branche ( la pâte est préparée puis enroulée sur un bâton comme le faisaient les Amérindiens pour le pain non levé. Les enfants vont adorer !)…

La Salade de Pomelos Grillés (au dernier moment on ajoute, hors du feu, graines et huile d’olive)…

Les Rouleaux de poireaux farcis, sauce moutarde (cette recette est à la fois très rustique et très chic)

Les brochettes rainbàw de légumes racines (un arc en ciel gourmand)…

 

La Cuisson à la plancha ou à la fonte :

Les oronges dorées au beurre (aussitôt cueillies, aussitôt préparées)

La Paella aux asperges des bois (

Les petits pains plats (un peu inspirés des « naans »)

 

La Cuisson rayonnante :

Les betteraves en croûte de sel (le plat emblématique du Chef Alain Passard)

L’Ananas rôti aux épices (Plutôt que préparer une bûche à Noel, pourquoi ne pas proposer l’ananas caramélisé au coin du feu ?)

Le Gâteau à la broche (on peu facilement le préparer dehors, on nous explique comment : spectacle garanti !)

 

La Cuisson à l’étouffée :

Les œufs cocotte dans une orange (facile au feu de cheminée et très innovant !)

Les Artichauts grillés à l’italienne (directement dans la cendre !)

Le potimarron surprise (cuit dans la cendre lui aussi, et farci de champignons, de petits choux, d’abondance et de graines de courge. Sa peau forme une carapace, lorsqu’on l’ouvre, la farce est fumante !)

 

La Cuisson mijotée :

Les Haricots à la Sauce tomate Cow boy (on file aux Etats Unis !)

Le Rocket Stove (vous connaissez, c’est le « poêle fusée » qui est en fait un réchaud à bois fait avec du matériel de récup)

La Soupe de cerises au vin épicé (et voilà comment on prépare un fabuleux dessert au barbecue)

 

Le fumage :

L’ail fumé (rien à voir avec l’ail d’Arleux)

Le mélange apéritif de graines fumées (qui donne un petit goût d’amandes unique)

La Raclette fumée au foin (un fromage parfumé aux herbes des champs)

 

La Cuisson au four à bois :

Le pain Bouchon de Robert (le pain cuit dans un pot en terre cuite !)

Les Fouées (ce sont de petites galettes de pain comme autrefois en Anjou)

Le cookie géant chocolat noisette ( à la pierre réfractaire)

Cuisiner avec le Feu

Le chapitre le plus important est sans doute dans l’Introduction : on y apprend après avoir fait un retour en arrière à la fois philosophique et très concret sur la maîtrise du feu par l’homme, la signification du « Foyer »… on y apprend, donc, à allumer un feu, on y découvre tout de la règlementation (en forêt, les barbecues en ville, l’utilisation de la cheminée).

On fait aussi le point sur la santé et la cuisson au feu (est-ce dangereux ou pas ?). On apprend à choisir les allume feu naturels (écorce de bouleau, bois gras, champignon du bouleau, amadouvier, qui est aussi un champignon…

On découvre quels bois utiliser , ce qu’est le charbon et on découvre comment connaitre les degrés de cuisson (en centigrades comme dans notre four) simplement à l’apparence des braises…

 

Cuisiner avec le Feu

J’aime ce livre pour son originalité : il devrait passionner les amoureux de cuisine un peu « blasés » ou ceux qui veulent épater leurs amis avec des cuissons et des recettes faciles mais inhabituelles, et enfin les cuisiniers avertis, qui retrouveront là des recettes de Chefs comme celle de la betterave par alain Passart…

 

J’aime ce livre car il est exhaustif. Les découvertes sont faites jusqu’au bout, avec sérieux, il ne s’agit pas d’idées lancées mais impossibles à reproduire : on nous donne le vrai mode d’emploi.

 

Un ouvrage qui renouvelle le genre des livres de cuisine par à la fois un fabuleux retour en arrière et aussi une grandiose modernité. Ce livre renoue avec ce qui est vrai.

Cuisiner avec le Feu

Cuisiner avec le Feu
Linda Louis
22 cm x 18 cm
352 pages
ISBN 9 782842 213923
Octobre 2014
29,95 €
Editions La Plage
 

 

 

Pour retrouver ma sélection de livres de cuisine, de jardinage et d'art de vivre, suivre ce lien

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 08:43

Ces muffins sont « Très » parfumés aux cranberries : ils sont garnis de baies fraîches et séchées… Ce qui leur donne une délicieuse saveur acidulée, un peu bonbon. La sarriette apporte le petit truc en plus, qui fait que chaque bouchée est pleine de caractère et a de savoureux accents désuets…

J’adore les cranberries, et on commence à en trouver de fraîches sur les étals au marché, elles prennent le relais des fraises et framboises du jardin…

Muffins aux Cranberries et à la Sarriette

Pour 12 muffins il faut :

150 gr de farine T 65
150 gr de cranberries fraîches
100 gr de sucre de canne bio non rafiné
50 gr de poudre d’amandes
3 Œufs
¼ de fève Tonka râpée
50 ml de crème de soja
½ sachet de levure
Sarriette
36 cranberries séchées
Une pincée de sel

Action :

Mélanger ensemble la farine, le sucre, le sel, la poudre d’amandes et la levure. Ajouter les œufs en mélangeant bien, puis la levure, puis la crème. Râper la fève Tonka au dessus de la préparation. Emietter un peu de sarriette, ajouter les cranberries séchées, et les cranberries fraîches en coupant celles-ci en deux.

Répartir dans des caissettes beurrées (ici succédané végétal).

Enfourner pour 25 minutes à 200°. Laisser tiédir avant de déguster.  

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 17:06

Jean-Marie Pelt vient de sortir un nouvel ouvrage, je me suis régalée à le découvrir. J’aimerais vous donner envie de savourer ce livre à votre tour car il est passionnant.

Cet ouvrage fait partie des « Beaux livres ». C’est aussi un très gros ouvrage, on le tient à deux main, et lorsqu’on se plonge dedans, on se régale de tout ce qu’on y découvre en matière de plantes, qui sont, c’est indéniable, omniprésentes dans notre vie…

Jean-Marie Pelt est un de ces savants pleins de clairvoyance, qui savent diffuser le savoir avec simplicité, et nous rendre intelligents. Il est Président de l’Institut Européen d’Ecologie, botaniste renommé, entre autres, et visionnaire aussi.

Dans ce livre, il nous raconte avec sa verve habituelle la fabuleuse épopée des plantes et des fleurs qui font partie de notre quotidien, de notre histoire, et on apprend plein de choses à chaque page.

Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt

La première partie raconte les vertus des plantes.

On se plonge dans la fabuleuse histoire de la pharmacopée. Très vite on comprend combien les plantes sont dotées de subtils atours pour éviter les prédateurs par exemple, tout comme les animaux d’ailleurs.

L’homme s’est toujours inspiré de son environnement pour se soigner, améliorer son existence, compenser certaines situations. Les exemples remontent à 5300 ans au moins. Le livre donne des témoignages et des anecdotes stupéfiants, comme celui de cette momie retrouvée presque intacte en 1991 dans les Alpes, datant de 3300 ans avant notre ère, et qui porte des traces indubitables d’une grande connaissance des plates.

Tout cela est très détaillé, tout comme le parchemin égyptien de plus de 20 mètres de long sur 30 cm de large qui liste plusieurs centaines de remèdes efficaces. La théorie des humeurs de Galien proposait de soigner par les contraires. C’est d’ailleurs de cette époque que vient l’expression « être de bonne ou de mauvaise humeur »…
 

Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt
Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt

A grand renfort de planches botaniques et d’anecdotes, de découvertes, Jean Marie Pelt conte les étapes de l’empirisme à notre actuelle médecine.

On se surprend à plonger dans le livre et n’en plus ressortir : il nous emmène dans la pharmacopée du roi Louis XIV avec les lavements, purges et saignées, l’utilisation de la rhubarbe, du fenouil, du millepertuis utilisé contre la langueur…

Le siècle des lumières permet de grands pas vers les recherches, et des thérapeutiques fantaisistes aussi…

On apprend pourquoi la pervenche de Madagascar à fleurs roses a acquis ses lettres de noblesse grâce à ses propriétés dans le traitement des leucémies et des cancers.

On apprend le principe actif du curare, et celui de la digitale, on lit Platon décrivant la mort de Socrate par la mythique cigüe, l’empoisonnement de l’empereur Claude, la mise en forme des plantes par les apothicaires.

La myrrhe et l’encens, le pavot, la violette nous révèlent leurs secrets…

Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt
Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt
Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt

La deuxième partie s’attache aux Fruits et Légumes

On apprend l’épopée de la pomme de terre, censée remplacer le blé lors des mauvaises années. Les indiens de la cordillère des Andes conservaient longtemps les pommes de terre qu’ils exposaient la nuit au froid et le jour à la chaleur. Après ce traitement, déshydratées, elles prenaient l’allure de petites noix dures et légères. Le haricot, comme la lentille ou le pois, appartient à la famille des papilionacées, car leurs fleurs évoquent la forme d’un papillon.

On se plonge dans les recettes du Roi Soleil, on examine tomates, carotte et choux.

On comprend l’amélioration des pommiers lors des défrichements opérés par les moines au Moyen Age, Jean-Marie Pelt nous livre son avis quant aux 5 fruits et légumes à consommer chaque jour…

Les huiles et matières grasses sont évoqués, l’histoire du thé, du café, du chocolat et du sucre aussi, sans oublier les épices et les aromates.

Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt
Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt
Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt

La troisième partie est consacrée aux fleurs et plantes décoratives.

« Eden », mot hébreu, évoque l’idée de délices, quant à « Paradis », c’est la transcription en grec du terme persan désignant le jardin.

On apprend tout du magnolia, du lilas, de la glycine, des fleurs de printemps, fleurs d’été, des couleurs, des fleurs d’automne et d’hiver, des fleurs tropicales, d’appartement et des nouvelles plantes décoratives.

 

Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt
Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt
Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt

J’aime ce livre pour son foisonnement.

Chaque page est une histoire, on se plonge dans les temps anciens, on bénéficie de toutes les découvertes faites par l’homme depuis les temps reculés, tout est expliqué et on comprend vite que notre quotidien est lié à l’étude de la nature et des plantesbien qu’on ne s’en rende pas forcément compte.

L’écriture du livre est simple, et même mieux, elle est captivante.

Cet ouvrage est comme un grand roman, les personnages principaux sont les hommes et les plantes, et chaque tableau de ce grand théâtre est une petite œuvre à savourer.

J’aime ce livre aussi pour ses illustrations splendides, des cromos, des planches botaniques, des herbiers.

On s’y promène avec délices, on pourrait même acheter le livre suelement pour ses illustrations anciennes pleines de charme.

Enfin je vous conseille cet ouvrage pour tout le savoir qu’il inspire.

Sa lecture nous instruit positivement, Jean-Marie Pelt, si vous ne le connaissiez pas encore, est un grand Monsieur.

Un très beau livre pour les Fêtes.

 

 

Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent, par Jean-Marie Pelt

Les Plantes qui guérissent, qui nourrissent, qui décorent
Jean-Marie Pelt
27,5 cm x 21,5 cm
495 pages
ISBN 9 782812 311147
Octobre 2014
35 €
Editions du Chêne

 

 

 

 

Pour retrouver ma sélection de livres de cuisine, de jardinage et d'art de vivre, suivre ce lien

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

 

Partager cet article

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 09:29

Ce poulet est un concentré de parfums du jardin… Il a des notes de figues car le plat à four est tapissé de feuilles de figuier, et des figues rôties sont disséminées un peu partout dans la plat ; de l’origan et de la sarriette, du thym et quelques feuilles de capucines dessous, avec des feuilles de laurier.

J’adore aller au jardin avec un panier pour choisir des aromatiques à cuisiner et je le fais presque chaque jour.

La photo est jolie (les demi oignons rouges me font penser aux aquarelles de Sonia Delaunay mais peut-être ai-je trop d’imagination) mais au moment d’enfourner j’ai coincé toutes les herbes dans les interstices le temps de la cuisson pour qu’elles parfument bien la viande. Celle-ci est badigeonnée d’huile d’olive bio au dessus et un mélange de cognac et d’eau au fond du plat assure le côté moelleux de la cuisson.

Poulet aux figues, au Cognac, et Aromatiques du Panier du Jardin

Pour un poulet au figues, au cognac et aux aromatiques du jardin il faut :
Un poulet fermier de qualité
1 verre de cognac
5 feuilles de figuier
5 branches de thym
5 branches d’origan
5 branches de sarriette
2 feuilles de laurier
3 feuilles de capucines
1 oignon rouge
Huile d’olive bio de première pression à froid Kalios
Sel et poivre du moulin
Piment d’Espelette

Poulet aux figues, au Cognac, et Aromatiques du Panier du Jardin

Action :

Couper le poulet en morceaux ou le faire faire par le boucher. L’assaisonner.

Tapisser le plat à four de feuilles de figuier, de laurier et de capucines. Poser les morceaux de poulet dessus. Dans les interstices coincer les aromatiques et les tranches d’oignon rouge.

A l’aide d’un pinceau de cuisine badigeonner d’huile d’olive et saupoudrer de piment. Verser le cognac et ajouter de l’eau jusqu’au trois quarts de hauteur.

Enfourner pour 40 minutes à 200°.  Savourer les parfums en ouvrant le four et servir aussitôt : la peau est croustillante, la chair est moelleuse et parfumée…
 

Poulet aux figues, au Cognac, et Aromatiques du Panier du Jardin

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 14:34

Ma grand-mère Solognote, Geneviève, avait l’habitude de préparer des repas pour des tablées de chasseurs. Les plats sonnaient juste. Il ne fallait pas leur en compter.

Parmi ses plats vedette, il y avait ces pommes de terre toutes simples mais qui avaient un succès fou, et que tout le monde lui demandait invariablement.

Mais quel était le secret ?

De bons produits à la base sans doute. Et puis une réputation d’excellente épicurienne aussi très certainement.

Toujours est il que cette salade de pommes de terre est incroyablement simple et que pourtant elle fédère des générations de gourmands, surtout parmi les messieurs.

Le principe ? Elles sont servies encore tièdes, voire presque chaudes. Leur sauce est composée de trois ingrédients majeurs : une huile d’olive d’excellente qualité, un vin blanc sec et un soupçon de moutarde.

Je vous parle souvent d’huile d’olive bio, de première pression à froid. Une de mes préférées (et voilà je réponds à plusieurs lectrices qui me posent souvent la question) est l’huile bio Kalios.  Je l’aime pour sa saveur et sa qualité. On en parle parfaitement ici click.

Pommes de terre à l’Ancienne, à l’Huile d’Olive, à la Moutarde et au Vin Blanc

Pour deux il faut :
Une quinzaine de pommes de terre ratte
2 cs d’huile d’olive bio de première pression à froid + un bon filet
1 cs de moutarde forte
2 cs de vin blanc sec
2 échalotes
1 petit bouquet de persil plat
Sel et poivre du moulin
Piment d’Espelette

Pommes de terre à l’Ancienne, à l’Huile d’Olive, à la Moutarde et au Vin Blanc

Action :
Laver le persil et le ciseler. Réserver.

Cuire les pommes de terre à l’eau jusqu’à ce qu’elles soient presque tendres. Les éplucher.

Eplucher les échalotes et les couper en dés. Les faire revenir dans un bon filet l’huile d’olive. Ajouter les pommes de terre et les faire presque dorer de tous côté.

Oter du feu et verser dans une jatte. Assaisonner.

Mélanger dans un petit bol Le vin blanc, l’huile d’olive et la moutarde. Verser sur les pommes de terre encore chaudes. Ajouter le persil et le piment d’Espelette. Servir assitôt. On peut ajouter quelques pépites de fleur de sel, mais ma grand mère ne le faisait pas, ca n'était pas encore connu à l'époque !

Se régaler !

 

L'Huile d'olive Kalios est ici : http://mykalios.com/

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

 

Partager cet article

24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 15:41

C’est les vacances et si vous cherchez des idées pour occuper les petits à peu de frais je vous conseille cet excellent manuel.

Si vous avez l’intention de préparer vos cartes de Noel et de fin d’année, je vous le conseille aussi.

Et si vous voulez donner un air design à votre déco, c’est aussi ce livre qu’il vous faut. Ce livre donne 35 idées de découpages absolument géniaux et pleins de panache.

Détourner les Pages

Je connais plein de gens qui adorent les livres. Et si on demande à quelqu’un dans quelle édition il préfère lire son ouvrage préféré, il aura toujours une réponse. Cela tient à la magie du papier. Certains aiment les livres de poche, d’autres préfèrent les Gallimard avec leurs couvertures caractéristiques, d’autres encore comme moi craquent pour un « Pléiade »…

Le papier c’est tout un univers. Les impressions, les mises en page aussi. D’ailleurs il n’y a pas que les livres. Certains journaux peuvent être génialement détournés avec leur calligraphie et leurs colonnes…

Et en parcourant le livre que je vous présente aujourd’hui, vous ne les verrez plus du même œil. Il est même possible que vous vous mettiez à collectionner certains emballages, les cartes ign, les enveloppes en papier kraft et les livres anciens…

Détourner les Pages

Ce livre donne 35 découpages originaux et créatifs absolument géniaux. Ils sont classés en quatre chapitres :

Dans « Carterie et papeterie », on apprend à faire des cartes de vœux design et tendance, à créer un carnet japonais, à fabriquer des tampons encreurs, à utiliser le papier calque et le cutter pour fabriquer des cartes complexes et complètement craquantes, entre autres…

Dans « Décorations d’intérieur », on fabrique un artichaut en papier hyperréaliste, des roses très romantiques (idéales pour une déco de table, de chambre, selon les papiers que l’on choisit pour les réaliser), des paysages, des brassées de fleurs, des encadrements très graphiques, des bols en papier, un décor de penderie style Ile de Ré, impossible de citer toutes les inspirations faites à partir de simples papiers…

Dans « Enfance », on fabrique des poupées rétro très romantiques, de fabuleux pantins articulés à l’ancienne, de jolies broches en paperolles toutes en arabesques, des dentelles…

Dans « Animaux », ce sont un hibou, des papillons, des souris malignes, un rouge gorge, des oiseaux façon Ile de Ré (encore, je sais), un mouton laineux incroyable, que vous allez réaliser…

En fin d’ouvrage on trouve tous les gabarits des sujets présentés. Pour chaque sujet, souvent plusieurs pages expliquent en détail les étapes de la réalisation. Et une liste exhaustive d’adresse ouvre vers d’autres inspirations.

Détourner les Pages

J’aime ce livre pour la créativité qu’il fait renaitre en chacun de nous. Même la personne la plus maladroite va créer des objets tendance et beaux !

J’aime aussi ce livre pour les résultats à atteindre. Les cartes avec les jolies cages « Shabby chic » et le carnet japonais, je les voudrais bien chez moi ! Quant à la pampille de la page 56, fabriquée en papier calque, elle doit donner un chic fou au sapin de Noel…

Je vous conseille cet ouvrage enfin, parce que c’est une jolie idée de cadeau pour les enfants, mais je pense aussi aux grands parents, qui pourront fabriquer de très jolis objets à offrir.

Ce livre favorise la l'imagination et la concentration, il donne envie d’aller plus loin. Il est différent du « scrapbooking » mais dans le même esprit, il développe le sens du fait maison et des objets détournés et beaux.

Détourner les Pages

Détourner les Pages en créations originales
Clare Youngs
24 cm x 20 cm
128 pages
ISBN 9 782212 139846
21 €
Septembre 2014
Editions Eyrolles

 

 

Pour retrouver ma sélection de livres de cuisine, de jardinage et d'art de vivre, suivre ce lien

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

Présentation

  • : Grelinette et Cassolettes
  • Grelinette et Cassolettes
  • : Mon premier fournisseur bio est mon potager ! Pour une cuisine raisonnée...
  • Contact

Courges & Légumes Anciens

 Vignette courges T 

Champignons des Bois

GrosCepeT

D'autres facettes de Grelinette sur FB

FB

Trouver Une Recette

Partenariat

 grelinette 

    Logo_France_2010.jpg  logo VIGNERONS ILE DE RE (2)    

 Garden 

  epicerie fine edelices 

 

Avec

 750 grammes logo interview-120

 

Salon du Blog de Bruxelles : j'y étais ! 6a00d83454134769e2014e8824b59a970d-800wi-copie-1 

Salon du Blog de Soissons : j'y étais ! 

SBC4

 Recettes de cuisine

 

untitled 

Libefood

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog