27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 08:31

Ce que j’aime dans la choucroute c’est… le chou ! Sauf pour la meilleure choucroute que j’aie mangé, c’était à Strasbourg, chez Kammerzell, et elle était au poisson…

Souvent j’achète chez le traiteur du chou tout seul. Ce qui le laisse un peu perplexe car à chaque fois il veut me vendre saucisses et lard avec… Mais sa choucroute est savoureuse seule et c’est comme cela que je la préfère.

Cette fois je l’ai accommodée de cailles rôties (on me les demande souvent depuis le concours de Champagnes de Vignerons) et de pruneaux réhydratés. Un vrai régal de saison…

Choucroute aux Cailles rôties et aux Pruneaux

Pour deux il faut :

Deux belles cailles dodues
400 gr de choucroute cuite au vin d’Alsace
8 pruneaux d’Agen
Le jus d’une orange
Une branche de Thym
Sel et poivre du moulin
Huile d’olive bio de première pression à froid

Choucroute aux Cailles rôties et aux Pruneaux

Action :

Une heure avant, plonger les pruneaux dans le jus d’orange additionné d’un peu d’eau pour les réhydrater.

Vider et parer les cailles en les détaillant : suprêmes et cuisses. Les assaisonner et les faire revenir doucement dans l’huile d’olive avec le thym. Les retourner souvent. Au bout de 10 minutes, ajouter de l’eau dans la poêle de cuisson. Elle va bouillir d’un coup et donc apporter de la vapeur. Laisser réduire à feu moyen en continuant de retourner les cailles plusieurs fois. Lorsqu’il n’y aura presque plus d’eau, verser de l’huile d’olive à nouveau et continuer la cuisson qui doit être au total d’environ 25 minutes (ajuster selon la grosseur des cailles). Les trois dernières minutes ajouter les pruneaux dans la poêle.

Pendant ce temps réchauffer doucement la choucroute.

Dresser : la choucroute, les cailles, les pruneaux.
 

Choucroute aux Cailles rôties et aux Pruneaux

A propos de la choucroute et de la maison Kammerzell c’est ici click

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 19:56

Rien d’étonnant à ce qu’elle soit classée à l’inventaire des monuments historiques. Cette fabuleuse coupole, symbole des Galeries Lafayette est un vrai chef d’œuvre…

Ne comptez pas sur moi pour vous faire un historique de sa construction avec poids des grues et contraintes au mètre carré, je n’aime pas recopier Wikipedia.

Mais je partage avec vous, surtout pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer à Paris, mon admiration pour ce dôme sublime qui m’émerveille toujours autant. Même si je connais parfaitement le magasin depuis des lustres (j’ai travaillé pas loin et devinez où j’allais dépenser une partie de mes deniers) à chaque fois que je m’y rends je reste comme une gamine émerveillée, les yeux écarquillés devant tant de splendeur.

La Coupole des Galeries LaFayette
La Coupole des Galeries LaFayette
La Coupole des Galeries LaFayette
La Coupole des Galeries LaFayette
La Coupole des Galeries LaFayette
La Coupole des Galeries LaFayette
La Coupole des Galeries LaFayette
La Coupole des Galeries LaFayette

Et chaque année j’aime découvrir le nouveau Sapin de Noel des Galeries. Pour 2014 2015 il a pris un coup de vent et il est upside down, retourné les racines en l’air. Une prouesse de levage et bravo au treuil qui retient tout cela car cet étrange sapin distrait semble parfaitement léger et comme en lévitation, même…

Un sapin de rêve… Qu’en pensez vous ?

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

Published by Isa-Marie - dans Lieux à Visiter
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 18:23

En 2012 je vous ai présenté mes planches Cookut : j’étai très enthousiaste, je venais de découvrir la marque lors d’un cours de cuisine à l’Ecole d’Alain Ducasse et j’étai très enjouée. C’était tout frais c’était ici click.

Ce que je pense des planches Cookut

Et j’avais promis de vous dire plus tard ce que j’en pensais à l’usage…

Plus tard est arrivé : c’est maintenant !

Après presque trois ans, je signe toujours ! Je suis passée de « séduite » à « adepte ».

La preuve ?
Je donne souvent des cours de cuisine à mon tour, et ces planches m’accompagnent un peu partout.

Ici c’était en septembre dernier, en conférence sur les confitures au Château de Saint Jean de Beauregard. Je devais découper une énorme courge de Naples, d’environ 60 cm de long par au moins 20 cm d’épaisseur. Vous connaissez tous la dureté de la peau d’une courge. J’avais besoin me matériel fiable, c'est-à-dire d’une planche qui ne bouge pas dans tous les sens. Je suis sure que dans l’auditoire on a cru que la courge était facile à couper car rien a bougé. Forcément la planche est antidérapante…

Ce que je pense des planches Cookut

Et là, c’était il y a moins de deux semaines, au salon des Blogs de Soissons. Je refaisais ma recette de cailles rôties, celle avec laquelle j’avais gagné le concours de Champagnes de Vignerons. Avec plein d’yeux gourmands rivés sur mes gestes. Je voulais expliquer la recette au mieux. Et cette fois, il me fallait une planche sur laquelle les actions devaient être parlantes d’elles mêmes.
La planche immaculée convenait parfaitement.

Ce que je pense des planches Cookut

Il y aurait plein d’autres exemples. Le point commun à chacune de ces situations est que cette planche Cookut est « confortable ».

Peut on dire qu’une planche à découper est confortable ? 
Oui si elle est stable. Ici ce sont ses poignées vertes anti grip qui l’empêchent de bouger.
Oui si on y est à l’aise. Et c’est le cas car malgré tout ce que je leur fais subir elles restent parfaitement blanches et on y trouve une aisance certaine.

J’avais promis de faire un bilan : je tiens ma promesse !

Et j’en profite pour vous dire que je teste une toute nouvelle blanche, en bambou celle-ci.

Ce que je pense des planches Cookut

C’est ma « nomade » : elle est petite, hyper légère, signée, design, naturelle. Elle me plait pour parader lors des apéritifs dinatoires parce qu’elle est belle. Dessus je présente mes magrets séchés et mes terrines.  Et je l’emmènerai en pique nique au printemps, elle est très appropriée pour se faufiler dans les sacs et caler les sandwiches. Rendez vous pris.

J’aime parler de ce dont je suis sûre et c’est le cas chez Cookut.

 

http://www.cookut.com/fr/

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

Published by Isa-Marie - dans Matériel et Outils
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 08:40

Quand un créateur de thé s'inspire d'une oeuvre d'art...

Vous connaissez certainement l'estampe « La Grande Vague de Kanagawa», du peintre japonais Katsushika Hokusai. Elle fait partie de la série « Trente six vues du Mont Fuji ».

Le Thé Hokusai du Palais des Thés

Le Palais des Thés a créé tout récemment un thé qui se fait le reflet de cette œuvre monumentale qui a inspiré les impressionnistes et qu’on peut en ce moment admirer au Musée du Grand Palais (on trouve l’estampe par ailleurs au Musée Guimet, hors expo).

Le Thé Hokusai du Palais des Thés

Tout comme La Vague, le thé Hokusaï est doué de contrastes, qui s’entremêlent et nous invitent à une dégustation subtile qui ravit le palais…

La Vague c’est la force, comme celle du thé vert nourri de gingembre…

Mais c’est aussi la légèreté des gouttelettes blanches, acidulées comme des pointes d’agrumes et particulièrement de citrus…

On se laisse emporter par l’impression générale de puissance, qui est grisante, et en même temps on s’attarde dans le détail des notes florales… peu à peu l’œil se dirige vers l’arrière plan du tableau et le mont Fuji devient aussi important que la vague massive… Le premier plan et l’arrière plan se répondent, la force et le raffinement jouent avec nos papilles, mêlant Ying et Yang…

Le Thé Hokusai du Palais des Thés

Ce thé vert, frais et bienfaisant, est délicieusement parfumé de gingembre, d’agrumes et de fleurs, je vpus invite à le tester à votre tour et à me dire si vous aussi vous êtes sous le charme…

Irez vous voir cette exposition ?
Si vous ne pouvez pas y aller, je vous raconterai, j’espère m’y rendre tout bientôt…

 

Pour en savoir plus sur ce Thé du Palais des Thés c'est ici click

Le Thé Hokusai du Palais des Thés

La porcelaine de la photo vient de l'incroyable Maison Jarvil

 

Pour en savoir plus sur mes thés préférés, c'est ici click

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

 

 

Partager cet article

Published by Isa-Marie - dans Les Thés
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 21:24

C’est un concept assez récent, le jardin est maintenant considéré comme une pièce de la maison à part entière. On y passe du temps, il est un espace cocoon ou « ambiance », il est le prolongement de notre habitation, de notre personnalité. Si bien que de plus en plus extérieur et intérieur sont mêlés, et, agencés judicieusement, permettent de créer des ambiances dans lesquels on a envie de s’attarder…

Ce livre est un formidable medley d’informations, d’idées, d’astuces déco et un beau tremplin pour nous aider à agencer notre espace avec un certain art de vivre qui nous rapproche de la Nature…

Décoration Extérieure

Dans ce livre on chemine depuis les références culturelles (jardin d’Eden, jardins de l’Antiquité, bienfaits de la Nature, jardins de la Renaissance italienne, jardin hispano mauresque, Importance d’André Le Nôtre et du jardin à la française…) jusqu’aux tendances jardin depuis les années 1960 (attrait pour le potager, le naturel, l’eau et les bassins, les jardins suspendus et murs végétaux, les jardins Zen).

Décoration Extérieure

Puis on apprend où trouver l’inspiration et à définir un concept décoratif, A définir ses besoins, analyser les lieux, représenter son projet… pour enfin aboutir à la construction.

Décoration Extérieure

Enfin, à travers un bel abécédaire illustré et fourni, on finit par tout savoir de l’utilisation de la Terre Cuite, des Fers à béton en déco, des Gloriettes, des Cloisons, des mosaïques… etc.

Décoration Extérieure

J’aime ce livre pour son foisonnement. On y navigue un peu comme si on avait réuni un concentré de toutes les bonnes idées croisées dans des jardins, dans des ouvrages, en discutant avec des férus de déco, ou des pros de bricolage et de décoration…

Décoration Extérieure

Ce que je ne vous ai pas dit c’est que ce livre s’adresse avant tout aux professionnels. C’est ce qui explique qu’il soit si dense et que chaque référence y soit présentée de façon solide et très illustrée.

Décoration Extérieure

Je pense que cet ouvrage est une bonne référence pour les professionnels de la déco bien sûr, mais aussi pour tous ceux qui ont un terrain ou un jardin, et ont envie de construire un grand ou petit projet qui tienne la route…

Décoration Extérieure

Enfin, ce que je ne vous ai pas dit, c’est qu’une photo du livre vient de mon blog (elle a été utilisée avec mon accord, je l’ai vendue) et c’est un joli clin d’œil…

 

Décoration Extérieure

Décoration extérieure, principes, conception et réalisation de projets Inside/outside
Myriam Markiewicz
21,5 cm x 28 cm
190 pages
Août 2014
ISBN 9 782212 137972
25 €
Editions Eyrolles

 

 

Pour retrouver ma sélection de livres de cuisine, de jardinage et d'art de vivre, suivre ce lien

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 09:55

C’est une pizza de saison, qui allie des saveurs rondes (tomate, mozarella di buffala), et des accents un brin sucrés (butternut, châtaignes) tous installés sur une pâte un peu à l’ancienne, aux parfums de levain uniques et surtout à la fois croustillante et moelleuse...

Pizza d’Automne, Pâte au Levain, Butternut et Châtaignes

Il y a quelques jours le livreur Croustipâte m’a déposé des sachets dodus en forme de goutte, contenant une pâte à pizza au levain. On m'a aussi apporté plein d’autres ingrédients.

L'idée était de me faire tester cette pâte au levain, pour que je donne mon avis.

Pizza d’Automne, Pâte au Levain, Butternut et Châtaignes

Au sortir du sachet la pâte est douce, agréablement souple, un peu soyeuse, en boule.

On la travaille à la main pour ne pas étouffer les bulles de levain, qu’on sent bien, comme vivant, d’ailleurs si on appuie la pâte avec trop de fermeté elles éclatent discretement. Justement cette pâte ne s’étale pas au rouleau, on la façonne avec la paume, peu importe si sa forme n’est pas régulière, elle y gagne d'ailleurs en charme une fois cuite.
En quelques minutes, à force de l’étaler naturellement, avec les doigts, elle s’affine en gardant sa souplesse et ses rondeurs.

On la pose sur une plaque de cuisson et on la garnit… Ici pour changer des traditionnelles pizzas, j’ai choisi de l’agrémenter de courge butternut râpée, de sauce tomate, de châtaignes, de mozarella et d’olives. Des herbes de Provence, des échalotes parfont la saveur et avant de la servir on peut laisser filer dessus un trait de balsamique…

Le tout était prêt en moins d'un quart d'heure, et la cuisson de 25 minutes à 200° au four a suffi a satisfaire les gourmands... Parfois les aides culinaires ont vraiment du bon !

 

Pizza d’Automne, Pâte au Levain, Butternut et Châtaignes

Taste report : La pâte est délicieuse, croustillante sur les bords et bien moelleuse par ailleurs. Sa saveur un peu noisette est une belle façon de renouveler l'idée de la pizza, sa texture est légère, alvéolée, très agréable.
C'est pizza d'autome est un régal original, à servir à l’apéritif ou un soir, sur la table basse du salon avec un bon Bordeaux, Saint Estèphe par exemple…

A vous d’essayer !

 

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 20:09

J’achète toujours mes volailles entières. Poulet, pintade, caille, canard… je veux savoir exactement ce que je fais. Prendre la vie d’un animal pour se nourrir me semble souvent trivial, un brin barbare, voire même inconcevable éthiquement parlant.

Mais, si j’ai des tendances souvent végétariennes, je dois avouer que  je reste cependant carnivore. Et, allez savoir pourquoi, j’ai un peu moins de mal avec la volaille.

Mais je veux garder la maîtrise totale de ce qu’il se passe.

Acheter la volaille entière permet de ne pas se voiler la face.
Un blanc de poulet acheté en tranches sous vide est très pratique. C’est aussi vaguement hypocrite : on achète de la matière. Mais il ne faut pas se tromper, le jambon, c’est de la patte d’un animal, les nuggets ce sont des morceaux de chair d’un être qui était vivant, un navarin c’était avant un agneau attendrissant qui aimait sa maman.

Acheter une pintade entière, avec le cou, la tête, les pattes, le foie, permet de ne pas oublier qu’il s’agit d’une nourriture noble.

Petites considérations sur l’achat de Volailles entières

Et puis c’est aussi une façon de vérifier des choses.
On achète en général la volaille à un spécialiste, le volailler. On lui fait confiance. Mais c’est bien de se rassurer aussi.
Alors on regarde ses pattes. Elles ont de grands doigts fins, la peau forme presque des écailles. Et dessous, on doit voir qu’elles ont couru, gratté la terre, fouillé les graines et cherché les vers. Si elles sont toutes lisses ne n’est pas très bon signe. Si elles sont abimées c’est nettement un gage de vraie volaille fermière élevée en liberté.

Et puis je n’ai pas pris de photos, cela aurait été un peu gore, mais le gésier, qu’on dégage avec habileté, doit être plutôt dodu. Et la poche qui est à l’intérieur, qu’on l’appelle la « housse », doit contenir des graines, de petits cailloux, des morceaux d’herbes. C’est le signe, avec un foie beau, gros et bien rouge, que la volaille est de bonne qualité.

Une volaille de bonne qualité laisse supposer que l’on n’absorbera pas trop d’hormones en la consommant. C’est rassurant pour notre santé. Mais aussi, cela laisse supposer que l’animal a été bien traité et respecté. Et nous revoilà rendus à la considération éthique du début. Si on choisissait d’acheter moins de viande, mais de meilleure qualité, on ferait barrage à notre façon aux détestables élevages de batterie. Respecter les animaux, c’est se respecter soi même.

Enfin, lorsqu’on cuisine du gibier, on garde ses plumes aussi, rien ne se perd ! On collectionne les plumes noires recourbées de la queue du colvert, on garde les magnifiques plumes du faisan ou celles de la poule faisane…

Qu’en pensez vous ?

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 09:59

C’est une entrée qui pourrait être transformée en plat si on lui ajoutait une salade un peu piquante de type roquette pour l’agrémenter.

Je l’ai préparée avec une pâte feuilletée toute prête, achetée en magasin bio.

Les champignons (de Paris et Shiitakés) sont revenus puis agrémentés d’une sauce de soja épaissie d’un jaune d’œuf et bien assaisonnée…

Tarte Croustade de Champignons Crémés

Pour deux il faut :

Une pate feuilletée
300 gr de champignons de Paris
300 gr de shiitakés
1 brick de crème de soja
Un trait de tamari
1 jaune d’oeuf
1 feuille de laurier
3 branches de Thym
1 échalote

Action :

Découper la pâte feuilletée en carré. Avec les chutes, confectionner de fins rectangles et les coller avec un peau d’eau sur les bords du carré pour confectionner un rebord. Dorer le dessus avec un pinceau de cuisine trempé dans le jaune d’œuf. Enfourner jusqu’à ce que la pâte soit levée et dorée.

Mélanger le reste de jaune d’œuf dans un bol avec la crème et assaisonner.

Pendant le temps de cuisson de la pâte, éplucher l’échalote et la couper en dés. Les faire revenir dans un filet d’huile d’olive. Ajouter les champignons lavés et coupés, le thym et le laurier, et faire dorer. Lorsque les champignons ont rendu leur eau, ajouter un trait de tamari, puis la crème. Laisser épaissir légèrement à feu doux. Verser dans le carré de pâte et servir aussitôt.

Astuce : proposer un jeu de citron frais pour donner du peps au plat.

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 15:40

Un jour une amie m’a fait visiter son fabuleux jardin... Il était immense, en deux parties, avec alternance de pelouse et de massifs de type jardin anglais. Et, un peu partout, au pied des plantes, d’élégantes étiquettes donnaient leurs noms. Je n’en connaissais pas la plupart et j’étais impressionnée.

Mais ce qui m’a le plus passionné ca a été sa façon de me décrire chaque plante avec un vocabulaire qui m’était étranger. Elle m’expliquait à chaque fois. Les capitules, les distiques, l’induvie.

Mentalement j’ai essayé de retenir quelques termes mais je n’y parvenais pas, il y en avait beaucoup trop.

J’avais eu l’impression d’entrer dans un pays nouveau, très attachant, un univers qui nommait des tas de choses que pourtant j’avais l’habitude de voir mais sans les détailler.

J’étais fascinée.

Dictionnaire Visuel de Botanique

Un peu plus tard j’ai eu la chance de visiter l’Herbier de Guyane, à Cayenne en Amérique du Sud. J’étais accompagnée d’un chercheur, qui m’expliquait toutes ces plantes choyées, répertoriées, sur de grandes feuilles jaunies. C’était beau. C’était un autre monde.

Puis tout récemment j’ai feuilleté ce formidable dictionnaire visuel de botanique. Il vient de sortir, aux éditions Ulmer. Et cette fois, je n'ai pas voulu laisser passer ces précieuses informations, ce vocabulaire spécifique et attachant.

Et maintenant, j’ai la clef. Tout est détaillé dans ce livre et j’ai les noms, les photos, le détail des explications. Plus rien de furtif, au contraire tout est expliqué. je peux m'y attarder et savourer ce dictionnaire visuel...

Dictionnaire Visuel de Botanique

Ce dictionnaire est une mine d’informations qui nous permettent de comprendre le monde qui nous entoure et de mieux percevoir toute sa beauté, sa complexité.

Dictionnaire Visuel de Botanique

On parle de slow food ? d’être « zen » ? Moi je trouve que regarder différemment notre environnement, en prenant le temps, c’est une forme de communion, d’hommage, d’intelligence partagée peut être aussi.

Comment pouvons nous passer à côté de tant de richesses ?

Qui penserait que la Fraise n'est pas un fruit ?

Qui penserait que la Fraise n'est pas un fruit ?

Ce livre est tant pour les spécialistes que pour les néophytes. Il explique, à partir de photos magnifiques, la nature que nous côtoyons en ville ou dans les endroits sauvages.

On se surprend à s’installer confortablement pour mieux plonger dans cette mine de curiosités et de superbe.

L’auteur, Maurice Reille, était professeur de botanique. Il est docteur es sciences et diplômé de botanique supérieure. Mais il sait nous faire comprendre, avec aisance, les plantes et leur univers.

Dictionnaire Visuel de Botanique

Ce livre présente plus de 400 mots clef, 870 espèces de plantes et 2230 photos et schémas magnifiques.

Cet ouvrage fait partie des « beaux livres ». Une belle idée originale et futée pour les fêtes ou pour en savoir plus, tout simplement…

 

 

Epilogue : depuis la découverte de cet ouvrage, je prends des notes, croquis à l'appui, des plantes de mon jardin.
Et je nomme les détails. J'observe avec plus de minutie mon propre jardin puis j'essaie de retrouver des détails, des formes dans le livre. Je les reporte dans ce carnet et je les explique ensuite aux amis lorsqu'ils viennent et s'intéressent aux plantes. Cela devient une passion, elle est très transmissible et je pense que ce merveilleux dictionnaire est le tremplin d'une passion nouvelle. Et vous, allez vous, vous aussi vous plonger dans ce dictionnaire ? 

 

 

 

Dictionnaire visuel de Botanique
Maurice Reille
28,5 cm x 22 cm
303 pages
ISBN 9 782841 386499
29,90
Août 2014
Editions Ulmer

 

 

Pour retrouver ma sélection de livres de cuisine, de jardinage et d'art de vivre, suivre ce lien

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 10:04

Oui aux cerises, vous avez bien lu. C’est un plat sucré salé, savoureux et harmonieux, et les cerises sont celles du jardin, congelées fin juin. J’aime servir les fruits du jardin en décalé par rapport à la saison !

La pintade est cuite au four, mais les pommes sont poêlées séparément. Et les cerises décongelées directement dans le plat, en toute fin de cuisson.

L’idée est que caque ingrédient ait sa saveur propre, l’alchimie des parfums se fait sous le palais mais pas dans le plat, qui est un camaïeu de saveurs assorties.

Les pommes sont les Pommes Juliet, dont je vous parle souvent. Je les aime car ce sont les seules pommes produites obligatoirement en bio. Les pommiers ne sont vendues qu’aux producteurs qui acceptent la charte Juliet, de culture biologique. Elles sont belles, avec une chair juteuse et acidulée, elles sont en même temps plutôt sucrées, une réussite gustative à mon sens.

Pintade rôtie aux Pommes et aux Cerises, sauce au vin blanc

Pour six à huit personnes il faut :

Une belle pintade fermière
5 pommes Juliet
Une grosse poignée de cerises congelées
40 cl de vin blanc sec Soif d’Evasion de l’Ile de Ré
10 gr de farine T65
Un bouquet de persil plat
4 branches de thym
4 branches de sarriette
1 échalote
2 feuilles de laurier
Huile d’olive bio de première pression à froid

 

Action :

Déposer dans le plat à four les feuilles de laurier, les feuilles de la moitié des branches de thym et de sarriette, l’échalote coupée en dés.

Découper la pintade, à moins que vous n’ayez demandé au boucher de le faire pour vous. Assaisonner puis fariner les morceaux de pintade côté chair seulement. Les déposer dans le plat à four avec la peau au dessus. Verser le vin blanc sec et compléter d’un peu d’eau de façon que le liquide affleure la peau des morceaux de pintade. A l’aide d’un pinceau de cuisine, huiler la peau des morceaux de pintade. Effeuiller dessus le reste de thym et de sarriette.  Enfourner pour 35 minutes à 200° (à ajuster selon la grosseur de la pintade).

Pendant ce temps couper les pommes en quartiers et les faire revenir à l’huile d’olive dans une poêle. Réserver au chaud. En fin de cuisson, ajouter les pommes et les cerises au plat. Parsemer de persil fraîchement ciselé. Se régaler !

 

 

Vous aimez mes recettes, astuces, idées de présentation ? L'état d'esprit de Grelinette et Cassolettes ?

Inscrivez vous à la Newsletter (tout en bas à droite) pour être prévenu de la publication de mes articles !

Ou abonnez vous à ma page facebook ici ...

Partager cet article

Présentation

  • : Grelinette et Cassolettes
  • Grelinette et Cassolettes
  • : Mon premier fournisseur bio est mon potager ! Pour une cuisine raisonnée...
  • Contact

Courges & Légumes Anciens

 Vignette courges T 

Champignons des Bois

GrosCepeT

D'autres facettes de Grelinette sur FB

FB

Trouver Une Recette

Partenariat

 grelinette 

    Logo_France_2010.jpg  logo VIGNERONS ILE DE RE (2)    

 Garden 

  epicerie fine edelices 

 

Avec

 750 grammes logo interview-120

 

Salon du Blog de Bruxelles : j'y étais ! 6a00d83454134769e2014e8824b59a970d-800wi-copie-1 

Salon du Blog de Soissons : j'y étais ! 

SBC4

 Recettes de cuisine

 

untitled 

Libefood

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog